Recherche Membres Calendrier Shoutbox
IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )



4 Pages V   1 2 3 > » 

I-D-É-MYR
Ecrit: Friday 27 February 2015 à 20:12


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Bûches pièges à reines Camponotus : conception et pose.


Conception



Les bûches, mesurant 30 cm de long pour un diamètre de 7 à 9 cm, ont été coupées dans les bois ou tout autre lieu où l'on trouve du bois mort (pour mon expl : des branches couchées au sol). Pour ma part, je les ai sciées à l'aide d'une scie égoïne bien affûtée qui me permit de ne pas perdre trop de temps sur les bois durs. Attention toutefois de ne pas sélectionner des bois trop pourrissants, porteurs de toutes sortes de parasites et de germes pathogènes, et se conservant moins longtemps.


30 bûches en attente d'être transformées en pièges à reines Camponotus...



Percer chaque bûche à une extrémité en son centre d'un trou de 6 ou 7 mm de diamètre pour une profondeur allant de 7 à 10 cm selon la longueur de votre mèche. Dans mon exemple le trou de 6 mm de diamètre est assez grand pour laisser passer la reine et suffisamment petit pour empêcher les prédateurs de l'y poursuivre.


Bûche percée à 6 mm de diamètre par 7 cm de profondeur et perceuse électrique utilisée pour le forage.



Cette bûche-ci a l'avantage d'être naturellement fendue à moitié, ce qui la rendra plus aisée à ouvrir à la hache.



Pour fendre une bûche en deux parties égales il faut placer le tranchant de la hache au milieu du trou puis taper de plusieurs coups secs à la massette ou au marteau sur la tête de la hache.


Cette photo ayant pour but de vous montrer la méthode, ne faites pas cela sur le parquet chez vous mais sur un sol dur (cour de l'immeuble) ou sur un billot de bois si vous vivez à la campagne.



La bûche étant fendue sur toute sa longueur on voit apparaitre, côté bord de la table, le tunnel d'accès à ce qui va bientôt suivre....



Mais d'abord, si besoin est, donnez un petit coup de "balais" dans les deux moitiés de tunnel pour en dégager les traces de sciure.



A chaque bûche ainsi tranchée correspond deux parties qu'il ne faut surtout pas dissocier pour sa reconstitution finale !


Mes 30 bûches sont soigneusement empilées, temporairement reconstituées, pour éviter le mélange de leurs fragments.



A présent il s'agit de creuser dans le bois ce qui sera la loge royale de la reine dont je préconise qu'elle fasse un peu plus de la surface d'une petite boite d'allumettes par 7 ou 8 mm de profondeur. Tracez ses contours au feutre sur le bois.


La loge sera bien assez grande pour permettre à la reine de s'y ébattre et pour accueillir sa 1ère portée d'ouvrières.



Pour son creusement, serrez chaque portion sur un support fixe et solide, genre établi, à l'aide d'un serre-joint, puis commencez à dégrossir la matière avec un ciseau à bois ou une gouge à coups mesurés de massette en plastique ou de maillet...


Si vous êtes costaud, et si votre ciseau coupe comme une lame de rasoir, allez-y comme moi franchement à la main.



Le biseau du ciseau travaillant ici contre le bois : On plonge d'abord dans la matière puis on bascule pour faire des copeaux à l'horizontal, alternativement, de l'entrée de la loge vers le fond puis du fond vers celle-ci, etc,



On voit mieux ici comment procéder (le tunnel se trouvant en haut de l'image).



La loge étant finie d'être creusée il faut donner le coup de "brosse" final puis dégager l'entrée par un "écouvillonnage" avec un objet approprié (ci-dessous le manche d'un petit pinceau fin).


Rien n'empêche de raser le fond ou toit de la loge avec le ciseau pour lui donner un aspect à peu près lisse.



Une fois ce creusement terminé ça donne ce qui suit...


Remarquez que la portion voisine, vis-à-vis de celle précédemment ouvragée, n'est pas concernée par cette opération de creusement parce que le tunnel débouche entièrement dans la loge.

C'est ce qui peut arriver quand on ne perce pas vraiment droit !



Si votre tunnel est visible dans les deux portions à la fois (en deux demi tunnels à peu près identiques) il vous faudra alors creuser deux demi loges faisant chacune 3,5 ou 4 mm de profondeur dans chaque portion à accoler ensuite en vis-à-vis.


Dès qu'une bûche est prête à être reconstituée faites-le tout de suite en accolant ses deux moitiés maintenues par un serre-joint, l'une parfaitement contre l'autre, puis enrobez-les en leurs extrémités avec du ruban adhésif, coloré et extensible, comme celui utilisé par les électriciens. Faites deux tours de bûche en tirant un peu sur le ruban pour que ça serre mieux !


Vous pouvez parer vos bûches de la couleur de votre choix ou de celle immédiatement disponible chez vous à condition qu'elle flashe bien, plus tard, dans l'ombre des bosquets.



Bûche prête à l'emploi avec ses deux rubans bien visibles qui serviront à la retrouver plus facilement en fin d'essaimage au fond des bois.



La fracture en travers de la bûche vous servira de ligne d'horizon au moment de la pose à terre ou dans une fourche entre les branches d'un arbre.



Maintenant que toutes vos bûches sont transformées en autant de pièges à reines Camponotus, puis soigneusement empilées dans un coin, il ne vous reste plus qu'à patienter jusqu'à la période des vols nuptiaux (d'avril à juillet inclus) où vous pourrez dès lors les installer au beau milieu d'un ou plusieurs sites hébergeant l'espèce convoitée.

Cette pose des pièges au fond des bois fera l'objet de la 2ème étape de ce sujet. A suivre donc...
  Forum: Reproduction, vols nuptiaux · Prévisualisation du message: #201330 · Réponses: 7 · Lectures: 15 366

I-D-É-MYR
Ecrit: Thursday 26 February 2015 à 00:55


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Bonjour K2rantitache !

Et surtout, ne pas oublier de bien ouvrir l'oeil.

Deux espèces faillirent échapper à mes investigations au Parc de la Fontaine aux Fées à Dijon : Ponera coarctata et Myrmecina graminicola.

La première, notamment, par la faute d'une ouvrière de couleur pâle que j'ai sur le coup prise pour un vermisseau ou une sorte de collembole. Alors j'ai bien failli refermer la pierre (délicatement, rassures-toi) en me disant "pftt ! y'a rien à voir là-dessous". Mais la présence d'un mâle ailé me commanda de mieux écarquiller mes mires et, au besoin, de prendre ma loupe. Alors, BINGO ! Le vermisseau, qui ondulait tout près de lui, était un Ponera juvénile.

La seconde, sous une pierre elle aussi, mais sous le couvert de bois plus sombres, trahit sa présence par le rutilement de ses 75 ou 80 ouvrières bougeant un peu au fond de leur cellule pas plus vaste que la surface d'une pièce de 2 Euros. Sans la rutilance des petites carapaces de chitine, je passais mon chemin sans avoir rien remarqué sinon un petit trou avec un peu de crasse dedans en lieu et place d'une adorable colonie de Myrmecina.

Oui ! Avoir de bons yeux et savoir s'en servir c'est important quand on cherche des fourmis, et toutes les fourmis sont bonnes à prendre, même quand elles sont toutes minuscules.

Patrice de l'I-D-E-MYR wink.gif


  Forum: Observations des fourmis en milieu naturel · Prévisualisation du message: #201324 · Réponses: 18 · Lectures: 25 403

I-D-É-MYR
Ecrit: Wednesday 25 February 2015 à 20:51


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Bonjour à toutes et à tous !



Cet exposé a tout d'abord pour thème la présentation des différents milieux côtoyant le fort de Hauteville-Lès-Dijon, milieux propices à l'établissement d'une riche myrmécofaune.


BIOTOPE



Géologie > Plateau calcaire

Altitude moyenne > 398 m

Climat > Océanique - semi continental


MILIEUX


(par ordre d'importance en surface non exprimée ici)



Les bois de pins noirs (Pinus nigra) sont un milieu fermé abritant surtout des espèces lignicoles ou inféodées aux arbres représentant une certaine valeur pour elles, notamment en ce qui concerne l'élevage de leurs hémiptères.




La pelouse sèche calcicole est un milieu ouvert hébergeant une grande diversité d'espèces terricoles possédant un régime trophique un peu plus varié.




Le bois de feuillus est un milieu fermé où l'on ne peut rencontrer que des espèces arboricoles et terricoles très discrètes me restant pour le moment à découvrir...




Les corridors, séparant les bois de pins, sont un milieu ouvert tantôt formé de pelouse calcique, tantôt couvert d'adventices favorisant l'établissement d'une myrmécofaune qu'on peut qualifier ici d'éclectique.




Les layons, plus étroits que les corridors, sont des coupes en lisière exposant certaines espèces à des choix encore plus variés quand à leur alimentation et à bénéficier d'un photopériodisme modéré sur leurs nids restant bien abrités.




Les lisières et fruticées, à condition qu'elles soient exposées au soleil, dissimulent aussi un beau trésor myrmécologique.




Les clairières sont, notamment dans la pinède, de petites ouvertures propices à la nidification d'espèces tout aussi hétéroclites que les nombreux déchets végétaux qui les tapissent abondamment au milieu de souches prometteuses.




Les chambres à chevreuils, difficiles à discerner, peuvent également réserver quelques surprises.




Les haies et bosquets, plantés au milieu de la pelouse, sont de petits univers clos pouvant être bordés par toutes sortes de fourmilières qui y trouvent leur bonheur.




Les casemates du fort, ensevelies sous une butte végétalisée, sont surtout couvertes d'acacias n'ayant qu'une faible valeur myrmécologique. Il me reste toutefois à débusquer les espèces qui en font le siège...




Et pour clore ce chapitre...


Tous milieux confondus, les corridors, pistes, lisières et bois s'offrent à la vue du myrmécologue aventurier comme autant de niches à prospecter jusqu'à satiété !




La prochaine étape de cette exploration champêtre vous fera découvrir, tout ou en partie, les fourmis vivant en ce lieu magique...
  Forum: Observations des fourmis en milieu naturel · Prévisualisation du message: #201323 · Réponses: 3 · Lectures: 3 456

I-D-É-MYR
Ecrit: Monday 23 February 2015 à 21:12


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Essaimages d'Avril / Mai 2014 à Dijon

Météo du moment > Temps orageux favorable aux fêtes "imaginales" chez de nombreuses espèces.

L'action de déroule en fin d'après-midi ou début de soirée au bord de la piste cyclable longeant l'Avenue du 1er Consul côtoyant la rive nord du Lac Kir à Dijon, et cette piste est adossée en contrebas au talus de la PLM* qui est végétalisé (couvert d'arbres et de graminées). Sur une distance de 200 à 250 m on n'y compte pas moins de 9 colonies de Messor structor.


Pont SNCF marquant l'entrée sud du Parc de la Fontaine aux Fées à Dijon.

Le nid de Messor n° 1 (Ms 1) se situe au pied du panneau "circulation interdite à tout véhicule".


En se penchant sur les plus matures d'entre ces colonies on peut constater à leurs entrées la présence de mâles et/ou de femelles ailées prêtes à décoller au milieu de l'agitation des ouvrières.


Sept ou huit jeunes reines ailées et prêtes à convoler sont visibles sur cette images.


Si l'on s'est muni, comme sur l'image qui suit, de deux petits copulariums (boites à reproduction) à la faveur de ces vols nuptiaux, on peut y improviser le mariage d'individus saisis sur deux nids différents.



L'orifice percé dans chaque couvercle bleu sert à introduire le reines dans les boites. Attention à bien le refermer ensuite à l'aide du petit clapet en carton ! Les quatre petits trous percés de chaque côté, à la base, favorisent le renouvellement de l'air intérieur. Et les brindilles "perchoirs", dans les boites, doivent normalement faciliter les accouplement.

La boite de gauche est numérotée "N° 1" pour nid n° 1, et celle de droite "N° 2" pour nid n° 2. Le 1er nid étant bien entendu, dans mon exemple, celui du pont SNCF, et le 2ème nid celui qui se trouve 100 m plus loin sous un autre pont. Les deux colonies essaimant simultanément.

Dans la boite N° 1 on introduit quelques gynes prises au nid n° 1 tandis que dans la N° 2 on y enferme quelques-uns de ses mâles (bien refermer les clapets de carton après chaque opération).
Dans la boite N° 2, sur l'autre nid (n° 2), on répète la même l'opération mais en sens inverse cette fois (mâles dans boite N° 1 et femelles dans la n° 2), et le tour est joué !
Il ne reste plus qu'à espérer chez soi que ça prenne...

En ce qui me concerne, cette année-là, je n'ai pas pu remplir mes deux "lupanars" pour cause de météo épouvantable, et n'ai donc pas pu vérifier l'efficacité de cette technique.

Mais une autre opportunité s'offrit à moi après cet échec : Celle qui suit...

Au lendemain ou surlendemain d'un orage, on peut constater qu'une, voire deux ou trois jeunes reines désailées et par conséquent fécondées rôdent autour des entrées des nids en tentant de s'y introduire ou alors s'en faisant brutalement expulser par les ouvrières qui ne ménagent pas leurs coups de mandibules puisqu'à certaines de ces dames il leur manque une ou deux, voire trois pattes. ohmy.gif Certaines ont reçu une forte dose de venin et se traînent péniblement tout près des entrées, ce qui les rend plus aisées à capturer (délicatement, bien sûr).

Sur le nid n° 2 je pus, à cette atroce occasion, enlever six gynes dont trois en trop mauvais état pour être conservées. Sur les trois restantes, j'en mis deux en cofondation dans un tube à essai, et la 3ème toute seule dans une autre éprouvette en attente que je lui adjoigne une soeur ou cousine. Ces dernières étaient destinées au sieur Calibe d'Orléans, mais la reine isolée mourut très vite, soit d'ennuis, soit d'empoisonnement. sad.gif

Ci-dessous > On voit mes deux reines (Joséphine à gauche et Marie-Louise à droite**) en cofondation dans leur tube au mois de février 2015.


Remarquez qu'à Marie-Louise, à droite, il lui manque la patte médiane droite.

Au fond du tube, juste à ses côtés, se trouve une réserve de graines de colza.


En espérant que ce sujet vous aura un tantinet aidé dans vos recherches de gynes.

Patrice de l'I-D-E-MYR

* Ligne SNCF "Paris Lyon Marseille".

** Eh oui ! Puisque trouvée Avenue du 1er Consul.
  Forum: Reproduction, vols nuptiaux · Prévisualisation du message: #201301 · Réponses: 2 · Lectures: 9 753

I-D-É-MYR
Ecrit: Sunday 22 February 2015 à 00:50


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Salut Fauvelle !

Un lien pour cette visite ? Et pour quoi faire ? blink.gif

IDEMYR
  Forum: Présentation des Membres · Prévisualisation du message: #201251 · Réponses: 5 · Lectures: 2 421

I-D-É-MYR
Ecrit: Wednesday 18 February 2015 à 15:06


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


CITATION(Yannick @ Wednesday 18 February 2015 à 14:07) *
Sympa tout ça thumbsup.gif .

J'aime bien ton nid à Formica.

Tu aurais pu mettre Acideformik en page visible sur ton ordi, quand même wink.gif.



Mille excuses !!! blush2.gif C'est ce dont je me suis souvenu et ce que je m'empresse de faire illico-presto !
  Forum: Présentation des Membres · Prévisualisation du message: #201213 · Réponses: 5 · Lectures: 2 421

I-D-É-MYR
Ecrit: Wednesday 18 February 2015 à 14:55


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Bienvenue parmi nous Yorick !

Moi aussi je suis tombé très tôt amoureux des fourmis. C'était en 1972 en Ardèche, j'avais alors 14 ans.

Jouer avec des termites et des fourmis dans ma jeunesse, en compagnie de mon petit frangin, aurait été le pied. Tu as donc bien de la chance d'avoir par chez toi ces deux ordres qui sont en bizbille depuis des millions d'années.

Tu as surtout de la chance de vivre dans un tel pays, l'Afrique équatoriale qui est un véritable Jardin d'Eden, au milieu de tant d'espèces myrmécéennes thumbsup.gif. Et je suis sûr qu'on doit pouvoir y trouver les colonnes nomades des terribles Magnan, ou Siafou par chez toi, appartenant au genre Dorylus. Donc, il y aurait bel et bien des fourmis légionnaires dans ton environnement. Et tu apprendras forcément à reconnaître les espèces grouillant dans cette région du monde pour un jour quitter celui des débutants happy.gif .

Les fourmis arboricoles, étant généralement exclusivement arboricoles, ne peuvent être élevées en dehors de leur milieu. Du moins je suppose huh.gif .

Dans mes recettes pour fourmis je n'ajoute pas de sels minéraux, mais je sais qu'on peut le faire parcimonieusement comme avec les vitamines trouvables en pharmacie. Les comprimés peuvent être réduis en poudre puis dilués dans la nourriture liquide (sirop, miellat...), mais de donner des insectes à manger à ses fourmis (charançons, entre autres) leur apporte toutes les vitamines et minéraux dont elles ont besoins pour se développer.

Un trop brusque changement de T°, voire une T° non adaptée à leur biologie, peut leur être néfaste aux fourmis ! Il te faudrait connaître en profondeur la température des nids de chaque espèce "in natura" en toutes saisons.
Idem en ce qui concerne l'hygrométrie (taux d'humidité). Chaque espèce ayant ses exigences particulières, il te faudrait faire des recherches au cas par cas sur le Net : c'est mieux et moins coûteux !

Nous, en Europe, nous parvenons sans trop de mal à réguler la T° et le degré d'humidité de nos nids en reproduisant artificiellement le rythme des saisons à domicile. Ce qui peut se traduire aussi par une extinction totale ou partielle de l'éclairage électrique (photopériodisme) sur nos antariums.

Les termites évolués sachant réguler la T° et le taux d'humidité de leur nid en puisant profondément la fraîcheur et l'eau du sous-sol qu'ils dispersent chez eux par un ingénieux système de ventilation, je pense que cela doit aussi correspondre à ce que vos fourmis recherchent pour ne pas trop souffrir des rigueurs du climat équatorial, notamment à la saison sèche.

Les termites africains préfèrent vivre enfermés entre 26 et 30°c avec une hygrométrie proche de la saturation (entre 90 et 98 % d'humidité).

Les fourmis vivent agréablement dans un nid à 25 / 30°c, à faible % d'humidité, et supportent très bien des T° externes de l'ordre caniculaire (30 à 35 °c sous abri).

Voilà, Yorick !

Je pense avoir en partie correctement répondu à tes questions.

Amitiés doryliennes wink.gif

Patrice de l'I-D-E-MYR











  Forum: Présentation des Membres · Prévisualisation du message: #201212 · Réponses: 7 · Lectures: 2 793

I-D-É-MYR
Ecrit: Wednesday 18 February 2015 à 10:47


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


L'I-D-E-MYR est un institut qui ne paye pas de mine et, qui plus est, est sans le sou. Mais son Président (bibi rolleyes.gif ) est un bon bricoleur, un bon dessinateur et même une sorte de génie qui ne manque pas d'idée en osant se lancer dans de drôles d'expériences sur le terrain comme à son domicile avec les fourmis. Il faut dire qu'au départ, en 2001, de créer l'I-D-E-MYR tout en entreprenant l'inventaire myrmécologique du Parc de la Fontaine aux Fées était déjà pour lui une drôle d'idée, à proprement parler un truc de fou largement au dessus de ses moyens ohmy.gif.

Nous voici donc dans mon nouveau loft, sis rue Berbisey dans un vieux quartier de Dijon, ou plus exactement dans mon campement planté au milieu d'une faune de gus infréquentables dry.gif.

Suivez le guide > ...


Ci-dessous > Ma salle de travail vu de la cuisine en entrant chez moi.




Ensuite > Mon bureau en résineux et ma table de travail éclairée.




Ensuite > Mon bureau avec, juste au dessus punaisé au mur, mon inséparable vue aérienne (Ortho-Photo au format A0) du Parc de la Fontaine aux fées. On aperçoit à l'écran mon blog qui va bientôt sauter faute d'argent pour le pérenniser.




Et là ? > Là au moins on meurt plus rarement ! tongue.gif Et bien souvent par sa propre faute. Mais je trouve tout de même que c'est truffé de caméras dans ce gourbi unsure.gif



Tenues de circonstances au KGB > ph34r.gif cool.gif. Bin, si ! L'I-D-E-MYR c'est russe laugh.gif


Puis > L'Ortho-Photo dudit parc vue de près.




Puis > Ma table de travail sur laquelle j'écris, dessine, peins et bricole parfois.




Puis > Le plan au format A1 des 6 milieux et 3 niches du parc vu de près.




Ensuite > Au fond à droite, dans le coin chambre, le meuble à fourmis dans lequel se tient la colonie de Reine du Désert (F. rufibarbis).




Puis > Approchons-nous doucement pour voir...




Puis > Le joli tableau qui sert à cacher le flanc droit du décor en béton cellulaire collé contre la vitre de l'ADC .




Enfin > Le meuble à fourmis vu de face : Au milieu se trouve le nid de type "barre HLM" où résident mes 3000 rufis avec leur ADC juste en dessous. Ma littérature myrmécologique et écologique se situe en haut, et mes accessoires d'élevages, entourant celui de mes collemboles, sont tout en bas.




Ensuite > Quatre croquis montrant l'anatomie formique (exosquelette, glandes, etc).




Ensuite > Logo I-D-E-MYR peint à l'acrylique sur deux chemises et une veste caméléon.




Puis > Musette avec logo I-D-E-MYR entouré de fourmis arborant leurs principales couleurs : rouge, noire, jaune et brune.




Puis > Le coin chambre séparé de la salle par une cloison basse sur laquelle je peux aisément installer mes fondations et contre laquelle sera plus tard apposé un deuxième meuble à fourmis tout du long.




Ensuite > Mes fondations de 2014 vues de près dans le cageot à droite (Lasius emarginatus, Messor structor et Serviformica sp).



Les 30 bûches, contre la cloison à gauche, sont à transformer en pièges à jeunes reines Camponotus (surtout ligniperda et vagus).


Mais encore > Mon coin cuisine très utile pour élaborer toutes sortes de mets à fourmis et désinfecter certains accessoires équipant ou ornant leurs ADC à l'eau bouillante.




Enfin > Mon coin douche pouvant servir quant à lui à décaper le plus gros de la terre sur les racines, les souches, ou pour rincer les anciens nids et les ADC à l'eau très chaude.




Fin de la visite !



Et pour finir > La sortie se trouve tout droit, là où vous guette un balais qui pourrait fort bien vous aider à gicler de là en vitesse si vous traîniez un peu trop la patte chez moi où il n'y a plus rien à voir ! laugh.gif

  Forum: Présentation des Membres · Prévisualisation du message: #201199 · Réponses: 5 · Lectures: 2 421

I-D-É-MYR
Ecrit: Wednesday 18 February 2015 à 02:52


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Bienvenue parmi nous, Romaric !

C'est à mon tour de t'accueillir au sein de notre communauté où, j'en suis sûr, tu ne tarderas pas à devenir membre à part entière.

J'ai bien essayé de la dire très vite ta phrase, comme ça > "trois gros gras ris..." mais ai perdu ma langue en cours de route et failli ne jamais parvenir à la retrouver ! tongue.gif

Quant à l'orthographe, vu que j'ai jadis éprouvé de grandes difficultés dans l'apprentissage de la lecture et de l'écriture (mais s'il n'y avait eu que ça), saches qu'on dispose d'assez de temps devant soi pour s'améliorer. sleep.gif On fait le tri dans les matières pour se débarrasser de celles dans lesquelles on patauge lamentablement et pour évoluer dans celles qui nous passionnent, sérieusement.

Chose étrangement bizarre, je rapportais toujours de bonnes notes à la maison 15 jours avant Noël. Curieux, non ? blush2.gif

Il faut lire, un peu, mais écrire plus souvent, ça aide. Un dictionnaire à portée de mains, une table des conjugaisons et autres lexiques pour améliorer son vocabulaire, etc, portent généralement leurs fruits. Et puis l'ordi nous souligne de rouge les mots qu'on a osé torturer biggrin.gif Il faut se relire, c'est vrai, et ça je le fais tout le temps tellement j'ai la trouille d'écrire comme un zozo tongue.gif Ca la fout mal de souvent faire des fautes qui abîment les yeux d'autrui comme les graffitis sur les murs ou les gros tags sur les wagons.

Il n'y a pas de tensions, ni moins encore de pression sur les forums, seulement de bons conseils. Et ça coûte rien, Coutant, de faire des progrès laugh.gif OUAAAAH !!! Super bonne !

Alors écoutes la voix de ton Maître, jeune padawan, et tout ira bien ! ph34r.gif < un saigneur schyte qui cache son couteau sous sa bure, j'en suis sûr. Si, il a l'air louche !

Et comme petit exercice, avant de te quitter, je te confie ceci à répéter à ton tour très vite > "J'ai glissé dans la piscine".

Au plaisir de te retrouver ici ou ailleurs, Romaric wink.gif

Patrice de l'I-D-E-MYR

  Forum: Présentation des Membres · Prévisualisation du message: #201187 · Réponses: 9 · Lectures: 3 104

I-D-É-MYR
Ecrit: Thursday 04 December 2014 à 07:44


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Plagiolepis pygmaea au Parc de la Fontaine aux Fées


La voilà la reine du Parc de la Fontaine aux Fées dont la moitié des pierres abrite une de ces colonie. La densité des nids de fourmis pygmées est importante dans la buxaie sur éboulis puis dans la pelouse sèche. Elle est nettement moins forte mais reste toutefois élevée dans la buxaie, les éboulis et les carrières. Elle s'amoindrit dans les anciens vergers, puis devient faible dans les combes et les chemins jusqu'à devenir nulle dans les murs et murets manquant de fissures que cette minuscule fourmi pourrait exploiter avec certaines espèces ripicoles appartenant au genre Temnothorax. Il est possible de la voir déménager en transportant son couvain sur les brindilles tombées au sol ou dans les pierres des décombres protégeant son manège de l'attaque des prédateurs, comme il est fréquent de la surprendre sous une même pierre cohabitant avec Solenopsis fugax sans que cela provoque de sérieux conflit entre les deux espèces. Jadis, avec mon frère cadet, nous ne prêtions guère d'attention pour cette ridicule petite fourmi sans attrait ni intérêt. Aujourd'hui je m'incline devant la grandeur de son nombre et son omniprésence sur le parc comme en Ardèche. Quand on cherche n'importe quelle espèce on tombe sur elle cinq ou six fois avant de trouver l'espèce visée. C'est normal, vu sa très petite taille, l'espace qu'elle peut occuper et la quantité de gîtes qu'elle peut squatter.




Tapinoma erraticum au Parc de la Fontaine aux Fées


Cette petite espèce très visible figure parmi celles les plus représentées au parc. On la trouve partout : abondant dans la pelouse calcaire ; se plaisant énormément dans la buxaie sur éboulis ; plantant volontiers ses bivouacs dans la buxaie, sur le bord des chemins et même dans la fraîcheur des combes boisées ; se réfugiant aussi dans les anciens vergers ou dans les carrières, puis passant vite fait, bien fait, dans les bouillants éboulis comme sur les brûlants murs et murets où sa fréquence se raréfie. Il faut aussi noter au passage que lorsqu'on la dérange elle abandonne aussitôt son nid pour aller s'installer ailleurs, en lieu sûr, ce qui n'est pas glorieux quand on retourne le terrain pour garnir son inventaire. Quand on l'écrase il paraît qu'elle dégage une odeur de beurre rance. Or, je me tape de l'écrabouiller cette pauvre petite fourmi qui doit tout le temps changer de camp par ma faute vu que du beurre rance j'en ai déjà chez moi.




Ponera coarctata au Parc de la Fontaine aux Fées


Avec Myrmecina graminicola et Camponotus truncatus cette espèce fait partie des quelques fourmis rares qui m'ont obligé, arrivé au terme de mon inventaire, à affiner mes recherches pour en clarifier la densité. C'est une petite fourmi, et l'une parmi les nombreuses fourmis découvertes au parc mais que je n'avais jamais eu l'honneur de rencontrer jusqu'ici, qui réclama beaucoup d'attention lors de sa recherche. Inutile de reposer dans son empreinte une pierre au fond des bois parce qu'on n'y voit goutte (il y fait sombre) et qu'on ne voit rien bouger malgré la présence de galeries pouvant être l'œuvre des lombrics ou de tout autre bestiole car il peut s'agir de celle d'une fourmi sachant se faire très discrète et qui ne réagit presque pas lorsqu'on la dérange (une micro-fourmi qui bouge est plus facilement repérable à l'œil nu qu'une petite qui reste immobile). Et c'est grâce à l'un de ses imagos mâles que j'ai pu fixer mon attention sur la petite bête jaunâtre qui ondulait langoureusement tout près de lui : une ouvrière juvénile.

Au parc P. coarctata ne se déniche qu'au fond des combes et des carrières boisées où ses nids se comptent sur les doigts d'une main.


Trois ouvrières adultes (foncées) et trois juvéniles (claires).



Suite de l'inventaire bientôt...
  Forum: Observations des fourmis en milieu naturel · Prévisualisation du message: #200598 · Réponses: 16 · Lectures: 5 435

I-D-É-MYR
Ecrit: Thursday 04 December 2014 à 07:22


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Camponotus fallax au Parc de la Fontaine aux Fées


Je n'ai pas spécialement couru après cette espèce commune mais très discrète dans le but de l'ajouter à mon inventaire, même si depuis peu je disposais d'un guide me permettant de détourner de toute la liste des fourmis françaises celles n'étant présentes qu'en Bourgogne, car c'est tout simplement le hasard qui me l'a mise sous les yeux à l'instar d'autres espèces dont je ne connaissais non plus l'existence. Au parc C. fallax, pourtant inféodée aux milieux très boisés, semble bouder les combes et leur préférer les anciens vergers plus ensoleillés. On la trouve ensuite très localement dans la buxaie et celle dite sur éboulis, mais uniquement dans les arbustes qui les ponctuent ici et là, puis en égale proportion au fond des carrières boisées et le long des chemins bordés de haies arborescentes. La pelouse calcaire, les éboulis et les murs trop secs et minéraux ne lui conviennent absolument pas.



En macrophotographie C. fallax est l'une des rares fourmis qui s'immobilisent, paraissant vouloir prendre la pose, à l'approche de l'objectif. C'est comme au battage des branches d'arbres d'où elle se laisse facilement choir sur le drap blanc étendu dessous pour mieux se faire voir. Alors merci brave petite fourmi timorée mais tout de même coopérative !



Camponotus aethiops au Parc de la Fontaine aux Fées


Au parc la densité des nids de C. aethiops n'est pas importante du tout mais plutôt localisée dans la pelouse calcaire en Valton, avec quelques rares nids très distants les uns des autres et bien cachés dans l'herbe, puis elle est presque nulle dans les anciens vergers où les espaces ouverts ne sont pas courants. Elle fait aussi partie des espèces que je ne connaissais pas et que j'ai débusquées par hasard. Elle panique beaucoup lorsque son nid est mis au jour, puis s'enfonce précipitamment au fond de ses galeries pour n'en plus ressortir. Aussi n'ai-je jamais réussi à dégainer à temps mon appareil pour photographier sa multitude ou, tout bêtement, n'avais-je pas jugé utile de l'emporter ce jour-là.



Camponotus piceus au Parc de la Fontaine aux Fées


Cette fourmi partage le même milieu avec F. gagates qui lui ressemble étrangement par la forme, la taille et la couleur. C'est aussi l'une de ces fourmis qui m'a donné du fil à retordre lors de ma reconnaissance des espèces sur le site, et pour cause... Depuis l'Ardèche (début des années 70 et 80) je la vois courir sur les brins d'herbe cette curieuse fourmi noire au corps allongé, passant sans discontinuer de l'un à l'autre comme s'il s'agissait d'un jeu ou d'un sport myrmécéen inconnu, mais sans jamais savoir d'où elle sort ni où elle cache son nid ni à quelle espèce j'ai affaire. Il y a des reines qui vont loin pendant des jours pour aller fonder une colonie, mais aussi des myrmécophiles qui rament dur et suent longtemps pour devenir fondé de pouvoir en leurs noms. Au parc C. piceus, commune, occupe surtout la pelouse sèche, ce qui paraît logique puisqu'elle est abondamment couverte de brins d'herbe à parcourir en tous sens pour son plus grand bonheur, mais également la buxaie ponctuée d'espaces herbeux et les anciens vergers qui en disposent quelques fois aussi pour ne pas qu'elle s'y ennuis. Sur le pourtour des éboulis et sur le bord des chemins on ne l'aperçoit que très occasionnellement. Ailleurs elle est totalement absente, et pour cause : il n'y a plus d'herbe du tout !




Camponotus truncatus au Parc de la Fontaine aux Fées


Cette extraordinaire "fourmi toctoc" que j'ai, avec mon petit frère et pour la première fois, rencontrée en Ardèche gîtant dans un roseau chez nous au Saüt, je lui ai finalement couru après toute une journée durant pour voir si elle se trouvait aussi au parc puisqu'elle est signalée dans mon guide en Bourgogne. Mais quels nouveaux moyens surtout me fallut t-il mettre en œuvre pour lui faire quitter son repaire et l'inviter à figurer dans mon inventaire, à commencer par la technique du battage des branches à l'aide d'un bâton au dessus d'un drap blanc, puisque après l'avoir enfin retrouvée il me fallut ensuite à regret briser de nombreux bouts de branches mortes à ma portée puis les réduire en miettes pour voir si cette fourmi y nichait abondamment. Mais un bout de bois, potentiellement nid de fourmis, qu'on rompt puis qu'on transforme en copeaux, ça ne se reconstitue pas comme une pierre qu'on soulève puis qu'on peut réinsérer inchangée dans son empreinte comme si rien ne s'était passé pour les résidentes vivant dessous.

La "fourmi toctoc" du parc se dissimule dans les vieux arbres des anciens vergers et des carrières où ses colonies sont assez nombreuses, du moins je pense, mais j'ai dû la rater dans les combes boisées où elle niche peut-être plus haut dans les cimes.


Ouvrière major de C. truncatus sur le rabat de ma musette.



Suite de l'inventaire ci-dessous...
  Forum: Observations des fourmis en milieu naturel · Prévisualisation du message: #200597 · Réponses: 16 · Lectures: 5 435

I-D-É-MYR
Ecrit: Thursday 04 December 2014 à 07:10


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Lasius emarginatus au Parc de la Fontaine aux Fées


Cette petite fourmi rouge, dont j'ai longtemps cru qu'elle était la plus abondante du parc, est sans nul doute la plus dominatrice parmi celles qui y résident. Elle à conquis tous les milieux en affichant une nette préférence pour les combes avantageusement boisées en arbres à pucerons pourvoyeurs de ce bon miellat dont elle raffole et qu'elle garde jalousement. Le fond des carrières étant également bien achalandé en tilleuls et érables de toutes sortes, on l'y trouve aussi en grand nombre et pistant en tous sens mais toujours dans la bonne direction : celle de l'arbre convoité bien entendu. Dans les anciens vergers elle exploite tout aussi aisément ce précieux breuvage que peuvent encore lui fournir les vieux arbres fruitiers, puis ne dédaigne pas d'exploiter les milieux restants, plus hostiles, que sont la buxaie, celle dite sur éboulis, les éboulis eux même qu'elle traverse sans dommages, les chemins et les murs qu'elle affectionne tout particulièrement en sa qualité d'espèce rudérale, pour améliorer son ordinaire. La pelouse sèche est le seul milieu qu'elle occupe, pourrait-on dire, à titre honoraire parce qu'elle ne répond pas vraiment à ses besoins. Aux petites émargis il leur faut vivre dans un milieu correctement végétalisé et minéralisé (elles adorent les roches et les cailloux), profus, et disposant d'un microclimat agréable.



Lasius niger au Parc de la Fontaine aux Fées


Au parc cette fourmi est un peu moins ubiquiste mais peut-être plus exigeante que la précédente espèce. Ses lieux de résidence privilégiés sont les carrières et fronts rocheux, notamment du côté des cours de tennis en Valton, et l'ancien verger sis sur le lieu-dit “aux carrières de Boissières” qui est un agréable espace de détente. Ces deux parties du parc sont anthropiques, un tantinet kitsch, alors cela ne m'étonne guère de constater qu'ils attirent une fourmi qui fréquente le milieu urbain. On peut aussi la trouver au bord des chemins, mais à condition d'avoir beaucoup de chance afin de pouvoir apercevoir ses dômes dans les hautes herbes car elle est assez rare sur le site, ainsi que dans la buxaie et la pelouse sèche où l'on peut très vite la confondre avec sa cousine L. alienus qui l'encercle littéralement, lui ressemble beaucoup, même si elle est un peu plus petite, et qui met la confusion lors de l'identification avec ou sans loupe.


Joli petit dôme de L. niger bien caché dans l'herbe.



Lasius alienus au Parc de la Fontaine aux Fées


Voici l'espèce, comme L. emarginatus, que j'ai failli élire “reine du parc” mais qui arrive en deuxième position dans mon inventaire pour la place qu'elle y occupe, tant par l'abondance de ses colonies que par la totalité des milieux qu'elle y a colonisés. Curieusement, pour une espèce dite “xérrophile”, le milieu où ses nids sont les plus densément implantés concerne les combes boisées qu'elle dispute avec les emargis. Autrement elle s'étale aisément un peu tout partout : dans la pelouse sèche, la buxaie, celle sur éboulis, les anciens vergers, puis sur les chemins et les sentiers. Elle est moins domiciliée au fond des carrières, et ne se voit plus que très ponctuellement dans les murs et les éboulis manquant cruellement de matériaux de construction pour ses galeries (elle s'y fixe en leurs sommets qui retiennent un peu la terre des strates végétalisées).




Lasius flavus au Parc de la Fontaine aux Fées


Tout comme les fourmis rousses qui provenaient bien de quelque part, les fourmis jaunes pourraient être originaires des berges de l'Ouche située en contrebas du parc. On a le droit d'imaginer qu'un jour, il y a de cela 50 ans environ (une éternité pour les fourmis), une jeune reine emportée sur sa nef par la soudaine montée des eaux du lac Kir tout nouvellement crée par les humains vint s'échouer sur le rivage tout sec du parc ensoleillé de la Fontaine aux Fées voisin après avoir traversé la dangereuse barrière écologique constituée par l'Avenue du 1er Consul et la PLM qui lui firent perdre ses ailes au passage. Elle s'y aventura un peu, pour voir, et trouva au terme de son odyssée une jolie carrière désaffectée fraîchement boisée. L'endroit lui paraissant accueillant, avec son sol herbeux bien frais et confortablement épais, elle décida d'y établir son royaume. Dès lors, une cité jaillit de terre que suivirent alentour d'autres villes qui allaient à leur tour engendrer de nombreuses petites bourgades bien peuplées. L'ensemble forme aujourd'hui une nation (nids interconnectés) et la première cité, tout en s'élevant au fil du temps vers les cieux, devint la capitale de ce petit royaume.



Il est fort probable que les colonies installées au pied de la falaise du cour de tennis en Valton, d'une part, et celles situées près de l'impasse des Boissières (derrière le rucher), d'autre part, descendent de ce merveilleux conte de fées.


Chthonolasius sp au Parc de la Fontaine aux Fées


Cette fourmi est une proche cousine de la précédente espèce à la différence que ses nids ne forment pas au parc de dômes visibles, ce qui la rend difficilement repérable. Elle y vit secrètement dans la moiteur des combes boisées, dans les plus épais fourrés des anciens vergers, et dans les bois fournis des carrières. On ne la trouve nulle part ailleurs où il fait trop chaud et où c'est trop sec. Comme beaucoup d'autres espèces sur le site c'est une petite fourmi rare que je ne connaissais pas et que j'ai trouvée par hasard.




Lasius fuliginosus au Parc de la Fontaine aux Fées


Voici une autre colonie que j'avais cru perdre en 2010 mais qui réapparut comme par enchantement quatre ans plus tard pour figurer en bonne place dans mon inventaire, s'agissant de Lf 1 de la Combe aux Fées. C'est une colonie pilote et mature qui avait tout simplement décidé de changer de résidence pour aller s'installer dans le tronc creux d'un nouvel érable situé bien plus haut que celui qui leur servit de logis pendant quelques années tout au fond de ladite combe. Toutes les autres sociétés de ces fourmis dites “fuligineuses” que je connais sont les hôtes d'arbres bordant le canal de Bourgogne. Alors, comme dans l'histoire précédente, il est fort probable que jadis l'une de leurs jeunes reines entreprit un long voyage pour aboutir jusqu'ici après avoir franchi la même barrière écologique mais avec le vaste lac en prime à traverser. On connaît la suite...





Suite de l'inventaire ci-dessous...
  Forum: Observations des fourmis en milieu naturel · Prévisualisation du message: #200596 · Réponses: 16 · Lectures: 5 435

I-D-É-MYR
Ecrit: Thursday 04 December 2014 à 06:27


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Formica pratensis au Parc de la Fontaine aux Fées


Cette espèce regrettée avait construit deux fourmilières en forme de dôme peu élevé en deux endroits différents du parc. La première, bien exposée au soleil et de dimensions moyenne mais trop visible, se trouvait sur le talus droit du chemin du Creux Saint-Bénigne, juste sous les jardins familiaux proches du cimetière. Elle disparut au milieu des années 90 dans des circonstances accidentelles. La deuxième, moins volumineuse car sûrement plus jeune, se trouvait à la même époque discrètement abritée sous les pommiers de la carrière basse (en sa moitié droite) située au dessus du pont SNCF à l'entrée sud du parc. Elle vécut plus longtemps que son aînée mais dut plusieurs fois déménager au cours de son existence, notamment pour fuir ses prédateurs tout en se rapprochant des prunelliers où elle allait pouvoir entretenir un élevage de pucerons, mais quitte pour ce faire à s'établir en plein soleil. Puis en 2003, à cause de la funeste canicule qui avait transformé la carrière en four, elle retourna à l'ombre des arbres fruitiers mais en un lieu différent de son point de départ dix ans plus tôt. Sa disparition, en 2013, est très certainement à mettre au compte du décès naturel de sa fondatrice devenue trop âgée.

Cependant, en dépit de sa disparition, parce qu'elle était trop visible et reconnaissable sur le site, j'ai tenu à ressusciter cette espèce dans mon inventaire où elle figure encore aujourd'hui en bonne place ce, bien entendu, avec la certitude qu'elle reviendra un jour au parc.




Formica sanguinea au Parc de la Fontaine aux Fées


Les fourmis sanguines du Parc de la Fontaine aux Fées comptaient six colonies regroupées pour cinq d'entre elles autour de la pelouse sise aux carrières de Boissières que surplombe un ancien verger, ces deux milieux (l'ancien verger et la pelouse) étant riche en Serviformica faisant quelques fois l'objet des raids esclavagistes de ces grosses fourmis rouges. La sixième colonie se trouvait au dessus de la carrière Devillebichot dans un environnement identique également bien doté en Serviformica. La disparition de ces belles colonies de F. sanguinea, survenue entre 2012 et 2013, demeure un mystère. Mais, à ma grande satisfaction, il en subsiste une 7ème (la dernière ?) installée dans un vieux muret effondré longeant le chemin rural des Lievrosses, dessous le stade Pascal GIEN. Cette colonie survivante est, de mon point de vue, bien installée là où elle est car enfermée entre deux haies bordant, d'un côté, un ancien verger très ouvert en surface herbeuse ponctuée ici et là de quelques vieux arbres fruitiers et, de l'autre côté, par la truffière expérimentale tout aussi mixte sur le plan végétal, mais à laquelle je n'ai jamais pu avoir accès puisqu'elle est préservée.


Ouvrières de F. sanguinea au "cailloutage".



Formica fusca au Parc de la Fontaine aux Fées


Ce frêle et bien inoffensif Serviformica étend son domaine au fond des carrières et dans la pelouse sèche où ses colonies sont assez denses mais à la portée, hélas pour elles, des fourmis esclavagistes en certaines circonstances. Il est confortablement établi aussi dans les anciens vergers et dans la buxaie possédant un sol plus ou moins profond mais suffisamment structuré pour permettre à ses ouvrières le forage de galeries. Au bord des chemins j'ai été étonné de ne compter que de très rares nids de cette espèce ou d'être passé dessus sans m'en apercevoir (immanquablement, elle élève des dômes assez visibles dans l'herbe). Et dans la buxaie sur éboulis, les éboulis, puis dans les murs aussi, elle est introuvable en tant que résidente parce que fuyant ces milieux trop exposées au soleil et dont l'endogaion* quasi inexistant rend impossible la création d'un réseau de galeries digne de ce nom. À l'opposé de ce milieu hostile pour F. fusca restent les combes boisées au sol bien plus épais mais à l'ensoleillement beaucoup trop faible qui les dissuade là aussi d'établir leur demeure.

* En pédologie, partie souterraine du sol où s'enracinent les plantes et nidifient la plupart des espèces terricoles dont font partie les fourmis.



Formica rufibarbis au Parc de la Fontaine aux Fées


Ses milieux préférés sont les anciens vergers (dans leurs zones les plus ouvertes) et la pelouse sèche que privilégie tout autant son pire cauchemar : la fourmi amazone effectuant des raids esclavagistes contre ses nids pourtant bien cachés dans les hautes herbes. Elle s'est un peu moins fixée au fond des carrières où la crise du logement entre les différentes espèces atteint son paroxysme, ainsi qu'au bord des chemins où le profil pédologique ne lui convient peut-être pas (ça manque de talus au parc), puis elle devient rare dans la buxaie qui n'attire pas vraiment les Formica. On ne la voit guère plus dans les murs où elle ne s'installe que sous les pierres de leurs faîtes s'il y a possibilité d'y creuser des galeries. Les milieux ouverts trop secs et/ou caillouteux que sont la buxaie sur éboulis et les éboulis eux-mêmes ne l'attirent pas du tout ni davantage les combes boisées qui sont cette fois-ci pour elle trop ombragées.



F. rufibarbis est très certainement la plus sympathique des fourmis à laquelle on peut attribuer toutes les qualités. Elle est entreprenante (bonne à tout faire), courageuse et même belliqueuse. C'est sûrement ce qui justifie qu'elle se fasse embaucher de force par les espèces esclavagistes.


Formica gagates au Parc de la Fontaine aux Fées


Cette fourmi, plutôt rare, partage le même milieu que C. piceus qui lui ressemble étrangement par sa taille, sa forme et sa couleur noir brillant, mais elle est nettement moins abondante par le nombre de ses colonies. C'est simple, au parc elle n'occupe que deux milieux : la buxaie et le bord d'un seul chemin, ce qui explique qu'on ne la voit jamais travailler sur le tertre des fourmis amazones qui peinent sûrement autant que moi à localiser ses nids. De plus c'est une nerveuse lorsqu'on la dérange en sa demeure, elle monte vite au créneau pour mordre l'importun. Il est tout de même curieux de la savoir établie sur le site, en plein soleil au milieu des buis ou sur le bord d'un chemin tout blanc et poussiéreux, alors que son cadre de vie attitré est plutôt la forêt de chênes. À méditer, donc...




Polyergus rufescens au Parc de la Fontaine aux Fées



Au Parc de la Fontaine aux Fées, depuis 1994 / 95 jusqu'au début de mon inventaire en 2010, je dénombrais pas moins de sept colonies hébergeant ces redoutables créatures, lesquelles colonies j'ai baptisées comme suit : Pr 1(Polyergus rufescens n° 1) ; Pr 2, puis 3... jusqu'à 7. En 1994 / 95, Pr 1 se trouvait tout en bas d'une pelouse aujourd'hui remplacée par le verger François Bugnon, et Pr 2 se trouvait quant à elle au sommet de l'ancien verger aux Boissières, non loin du chemin du Creux Saint-Bénigne, mais noyée dans une herbe épaisse et haute qui rendait pour moi impossible l'accompagnement de ses raids. En l'An 2.000 je retrouvais Pr 1 qui avait installé ses nouveaux quartiers sous les pruniers de la pelouse aux Boissières après avoir épuisé les nids de son précédent domaine ; En 2005, alors que Pr 1 venait de disparaître, je découvrais une 3ème colonie, Pr 3, fraîchement établie dans la partie droite de la carrière basse située tout en bas du parc (au dessus du pont de la PLM), laquelle colonie quitta d'endroit en 2010 pour aller s'installer dans la partie gauche de cette même carrière où elle réside encore aujourd'hui. Le tertre de sa demeure possède de belles mensurations, faisant 75 cm de long par 45 cm de large et 15 cm de haut, qui en font le plus beau nid d'amazones que j'ai pu voir de toute mon existence, et le nombre de ses guerrières dépasse largement les 2.000 individus. Je me sentis alors dans l'obligation secourable de le couvrir d'un grillage à mailles fines qui le protégea longtemps de l'attaque des volatiles. Pr 4 (peut-être l'ex Pr 2) fut découverte cette année-là dans l'ancien verger aux Boissières en même temps que Pr 5 et Pr 6 localisées du côté du chemin rural des Lievrosses à 74 ou 75 m de distance l'une de l'autre. En août 2010 Pr 5 déménagea, mais sur une très courte distance, par la faute des merles qui saccageaient son nid, puis l'année suivante, à la même époque, dirigea un raid contre Pr 6 dont l'armée était occupée à razzier un nid quelque part et dont l'absence en son repaire donnait le champ libre à ses voisines pour un pillage en bonne et due forme. Mais au final la colonne Polyergus menaçante vit son avant-garde stoppée net à 4 m de sa cible par la réaction furieuse des esclaves mais aussi des guerrières restées là pour défendre leur nid au cas où. C'était la première fois que je voyais des amazones en venir aux mandibules entre elles, mais ce qui aurait pu être une terrible bataille se limita à un simple accrochage car les intruses préférèrent sagement faire demi tour afin d'éviter le carnage. Ces deux colonies disparurent ou déménagèrent en 2012 pour cause, sans doute encore, d'actes de prédation ou autre bouleversement sur leurs nids respectifs. Enfin, en 2014, c'est une 7ème colonie, Pr 7, presque invisible sous le couvert de hautes herbes, que je débusquais dans la pelouse sèche surplombant la station de captage des eaux en Valton.


Dispute pour un cocon entre une rufi et une amazone.



Suite de l'inventaire ci-dessous...
  Forum: Observations des fourmis en milieu naturel · Prévisualisation du message: #200594 · Réponses: 16 · Lectures: 5 435

I-D-É-MYR
Ecrit: Wednesday 03 December 2014 à 22:22


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


LES ESPECES RENCONTREES AU PARC


Les espèces déjà connues de moi, celles identifiées ensuite, celles furtivement aperçues mais que je n'ai hélas pas pu "cueillir" au passage et celles qui ont disparues du site entre temps appartiennent à quatre sous-familles que nous connaissons bien et se répartissent en seize genres...

4 Ss-Familles : 19 Formicinae ; 10 Myrmicinae ; 1 Dolichoderinae et 1 Ponerinae.

16 Genres : 7 Formica ; 5 Lasius (dont 1 à vérifier); 5 Camponotus (dont 1 à vérifier); 1 Polyergus ; 1 Chthonolasius (à vérifier); 1 Plagiolepis ; 3 Temnothorax (dont 2 à vérifier) ; 2 Aphaenogaster ; 2 Myrmica (dont 1 à vérifier) ; 1 Leptothorax ; 1 Tetramorium ; 1 Messor ; 1 Myrmecina ; 1 Solenopsis ; 1 Tapinoma et 1 Ponera.

34 Espèces : Formica pratensis (disparue du site) ; Formica sanguinea (plus qu'un nid sur 6) ; Formica rufibarbis ; Formica fusca ; Formica clara (très rare et furtive) ; Formica cunicularia (idem) ; Formica gagates ; Polyergus rufescens (env 7 nids) ; Lasius alienus ; Lasius emarginatus ; Lasius niger (pas sûr) ; Lasius flavus ; Lasius fuliginosus (1 seul nid) ; Chthonolasius sp (à vérifier) ; Camponotus aethiops ; Camponotus piceus (ou autre) ; Camponotus sylvaticus (peut-être) ; Camponotus fallax ; Camponotus (Colobopsis) truncatus ; Plagiolepis pygmaea ; Messor structor (se raréfiant) ; Myrmica rubra (à vérifier) ; Myrmica scabrinodis (idem) ; Aphaenogaster gibbosa ; Aphaenogaster subterranea ; Tetramorium caespitum ; Temnothorax unifasciatus ; Temnothorax luteus (à vérifier) ; Temnothorax affinis (idem) ; Leptothorax acervorum (très furtive) ; Myrmecina graminicola ; Solenopsis fugax ; Tapinoma erraticum et Ponera coarctata.

Densité : La reine du parc est Plagiolepis pygmaea ; sa dauphine est Lasius alienus ; et la médaille de bronze revient à Tapinoma erraticum.


Messor structor au Parc de la Fontaine aux Fées


Les fourmis moissonneuses du Parc de la Fontaine aux Fées ont choisi pour ingénieuse stratégie d'établir leurs colonies sur les rives des chemins ou des sentiers généralement pentus et bordés de nombreuses graminacées pour la seule et unique raison qu'en temps d'orages estivaux les pluies diluviennes, s'y transformant très vite en petits torrents, charrient une grande quantité de graines que les rafales de vent ont fait tomber au sol en battant les épis, lesquelles graines finissent leur course folle retenues par toutes sortes d'obstacles dressés sur leur parcours. C'est cette manne nourricière accumulée contre les reliefs du terrain que les ouvrières récoltent, en amont comme en aval de leur nid, aussitôt le beau temps revenu puis qu'elles ramènent sans encombre au bercail sur les pistes tracées par l'homme et qu'on peut qualifier pour elles des plus carrossables. Mais cette stratégie a son revers car ces ouvrières, en sortant, se font piétiner par les badauds. La population de M. structor au parc est en voie de régression depuis près de vingt ans.



Cette espèce pratique la myrmécochorie consistant tout simplement en la dissémination des graines par leur transport puis leur ensilage dans des chambres appropriées (réserves de graines pour l'hiver).


Tetramorium caespitum au Parc de la Fontaine aux Fées


Les petites Tetra du parc, abondantes, ont surtout élu domicile dans la pelouse sèche, ce qui paraît logique quand on s'appelle fourmi des gazons, mais aussi dans les espaces herbeux des anciens vergers, sur les rives des chemins et sentiers, ainsi qu'au fond des carrières et sur le bord supérieur des éboulis où le sol est encore assez épais pour y creuser leurs galeries. Elle sont quasiment absentes des combes boisées trop sombres et de la buxaie trop touffue à leur goût. La présence de leurs colonies est parfois signalée par un caractéristique petit édifice de granules terreux caché dans l'herbe mais est plus souvent trahi par une terrasse bien dégagée pouvant occuper une belle superficie en terrain découvert. Ces petites fourmis noires très hostiles, quand l'opportunité s'offre à leurs mandibules et qu'elles ne se battent pas entre elles, montent des expéditions carnassières contre des colonies de Temnothorax inférieures en taille, moins agressives et beaucoup moins nombreuses, dans le but de dévorer leur couvain.




Myrmica rubra au Parc de la Fontaine aux Fées


Les Myrmica du parc, bien établies, affectionnent de vivre dans la fraîcheur des combes et la tiédeur des anciens vergers mais peuvent également s'établir sous le couvert de la buxaie et même de celle dite “sur éboulis”, bien plus rases et exposées aux brûlants rayons du soleil à la belle saison, à la condition toutefois que les buis soient regroupés en massifs compacts et qu'à leurs pieds se soit formé une bonne couche de mousse couvrant un humus assez épais et tempéré dans lequel les ouvrières peuvent échafauder de solides galeries. Curieusement, la buxaie sur éboulis, très stérile, abrite trois fois plus de colonies de Myrmica que la buxaie tout court nettement plus accueillante. Cela peut être dû à la quasi rareté d'autres espèces moins adaptées aux conditions torrides de ce milieu car plus exigeantes, trop externes de mœurs, et s'expliquer de ce fait par la nature même de la couche aérée et profonde des étendues caillouteuses formant une sorte de litière qui sert de réserve de chasse souterraine à nos Myrmicinae spécialisées, se retrouvant ainsi abritées des coups de soleil et débarrassées de toute concurrence.



La pelouse sèche et les carrières se partagent un nombre égal mais un peu plus restreint de nids de Myrmica soumis cette fois à la rivalité d'espèces ubiquistes ou xérophiles. Quant aux éboulis et chemins ils n'en hébergent que quelques-uns disséminés sur leurs bordures végétalisées que monopolisent aussi des espèces recherchant chaleur et lumière.


Le genre Temnothorax au Parc de la Fontaine aux Fées


Les Temno du parc occupent tous ses milieux sauf les éboulis où très peu d'espèces osent fourrager. Avec un peu de chance, mais surtout de patience, on peut en apercevoir quelques-unes dans la buxaie, davantage dans celle dite “sur éboulis”, mais peu dans la pelouse sèche où elles nichent dans les fissures des quelques roches émergeant du paysage et sur lesquelles leurs pérégrinations lentes, toujours solitaires, sont difficilement détectables. Ensuite, dans les murs et les murets toute pierre fendue peut dissimuler l'une de leurs colonies comme c'est le cas dans les parois des falaises parcourues d'innombrables crevasses et de toutes sortes de blessures infligées par les rigueurs du climat susceptibles de correspondre à la taille de leur population ou proposant à leur nombreuses colonies autant de gîtes discrets et sûrs à occuper en cas d'augmentation de leurs effectifs. Enfin, dans les combes et les anciens vergers ces petites fourmis logent principalement dans le bois mort et fourragent sans plus de précipitation sur les branches proprement écorcées qui ne les rendent pas plus repérables pour autant, et ce en dépit de leur abondance. Les chemins et sentiers n'offrent guère de supports conçus pour exhiber ces petites fourmis aux investigations du chercheur. Il faut reconnaître qu'elles sont difficilement quantifiables en raison de leur petite taille et de leur grande discrétion qui les rendent quasiment invisibles dans l'immensité de leur biome.



T. unifasciatus (ci-dessus) est la plus représentative et la plus répandue du genre au parc parce qu'on l'y croise partout.
T. luteus est un peu plus rare et semble ne se plaire que dans les anciens vergers où elle se fait très secrète.

T. affinis est la plus rare du genre, et l'on ne parvient à la faire “sortir” du bois que lorsqu'on cherche d'autres espèces.


Myrmecina graminicola au Parc de la Fontaine aux Fées


Il n'y a que dans la Combe aux Fées, milieu qu'elle partage avec une autre petite fourmi tout aussi rare et cachottière (une Ponera), que j'ai pu découvrir cette espèce et ce non sans une certaine surprise due au hasard qui fait bien les choses, quelques fois, tandis que je cherchais une fourmi jaune (Chthonolasius sp) dont on ne peut dire non plus qu'elle soit extravertie. Dois-je remercier le ciel de nous avoir, cette année, offert un été pluvieux qui facilita ma quête des espèces préférant vivre discrètement à l'ombre dans la fraîcheur des bois humides mais, me permettrais-je de préciser, dans leurs recoins les plus obscures ? Inutile donc de la chercher ailleurs. C'est bien là qu'elle se plaît à vivre, Myrmecina : au fond des bois, sous le règne oppressant de leur moiteur peu ragoûtante.



M. graminicola est une jolie petite espèce, mais quel dommage que mon
appareil photo ne fusse pas plus performant pour le montrer.



Solenopsis fugax au Parc de la Fontaine aux Fées


Au parc cette minuscule fourmi, abondante et facile à dénicher, se rencontre aisément sous les pierres plates généralement très épaisses des milieux ouverts dits “thermophiles” mais à la condition qu'ils soient bien secs, tout en étant végétalisés, et surtout bien pourvus en espèces à pirater. Elle affiche ainsi une très nette préférence pour la pelouse sèche puis une, toutefois moins marquée, pour la buxaie sur éboulis. Ailleurs, dans la simple buxaie, les ponctuels éboulis, les anciens vergers, le fond des carrières et dans les chemins creux, elle reste très localisée. Enfin, elle est totalement absente dans les combes et les murets que les grandes espèces qu'elle pille rechignent à peupler parce que le microclimat des bois ne leur convient pas et que la terre manque entre les pierres des murs pour y creuser des galeries. À propos de pillage j'ai vu, en situation réelle, S. fugax squatter les nids des espèces suivantes : Myrmica rubra, Lasius alienus, Tapinoma erraticum et Polyergus rufescens.




Aphaenogaster gibbosa au Parc de la Fontaine aux Fées


Au parc cette espèce qui se plaît à vivre dans les milieux ouverts dits “thermophiles” est, parmi toutes celles y résidant, l'une des plus représentatives et des mieux adaptées à nicher sur ses reliefs les plus exposés aux ardents rayons du soleil, ceux-là mêmes où le myrmécologue le plus téméraire ne s'attarde pas au cœur de la journée quand la température dépasse 28°c en été. Ses colonies sont majoritairement établies partout, notamment en terrain découvert, dans la pelouse sèche où elle abonde, puis dans une moindre mesure dans la buxaie mais en continuum avec le précédent milieu, et pour finir dans la buxaie sur éboulis où ses colonies se restreignent en nombre. C'est l'espèce du parc, me semble t-il, la mieux adaptée à ses sécheresses estivales et la plus gourmande en durée d'ensoleillement. Ensuite, on ne la trouve plus que très rarement dans les éboulis, qu'on pourrait presque qualifier au passage d'abiotiques, ainsi que sur le bord des chemins qui sont tantôt ensoleillés, tantôt ombragés au fur et à mesure que le jour passe, ce qui ne la satisfait pas vraiment. Et, pour clore ce chapitre, on ne la voit plus du tout dans les combes boisées ni dans les anciens vergers qui lui font tous deux de l'ombre, comme au fond des carrières où le photopériodisme est trop limité en journée, ni dans les murs qui ne sont finalement qu'une sorte d'éboulis bien structurés tout autant abiotiques que les originaux pour les fourmis.




Aphaenogaster subterranea au Parc de la Fontaine aux Fées


Globalement, A. subterranea se plait à vivre dans les mêmes milieux que ceux fréquentés par les Myrmica auxquelles elle ressemble à s'y méprendre, notamment lorsque ses couleurs sont claires. Son milieu attitré est la buxaie sur éboulis, mais en continuum avec d'autres milieux tels que la pelouse sèche ou la buxaie tout court où elle se trouve bien présente, tout autant que dans les anciens vergers et les combes boisées qui sont son dernier point de chute où résider confortablement. Dans les milieux restants, c'est-à-dire les chemins, les carrières et les éboulis, elle se fait plus rare jusqu'à être absente dans les murs et murets qui, décidément, n'inspirent pas grand monde à part les lézards, araignées et autres bestioles ayant fort heureusement décidé d'en faire des niches écologiques à part entière.

Cette espèce m'a posé de gros problèmes d'identification sur le terrain à cause de sa forme, de sa taille et de ses couleurs changeantes la faisant souvent se confondre avec les Myrmica de tous bords et de tous poils qui la côtoient. Ses populations foncées, majoritaires, se sont établies sous le couvert des milieux végétalisés, laissant aux quelques colonies restantes, nettement plus claires, les milieux plus ouverts. D'amener avec soi un microscope sur le terrain pour pouvoir, sans se tromper, reconnaître les espèces au cas par cas aurait été une initiative très sûr mais qui risquait d'étendre l'inventaire des espèces sur une décennie alors que je trouve déjà fort long d'y avoir consacré quatre années de mon existence.




Suite de l'inventaire ci-dessous...
  Forum: Observations des fourmis en milieu naturel · Prévisualisation du message: #200590 · Réponses: 16 · Lectures: 5 435

I-D-É-MYR
Ecrit: Wednesday 03 December 2014 à 21:40


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


TECHNIQUES DE CAPTURE


La chasse à vue de jour est une technique de chasse active appliquée à toutes les niches et qui s'est exercée à vue d'œil en direction du sol, des troncs d'arbres et de leurs branches accessibles (notamment le bois mort), sous leurs écorces, sur les rochers et sous les pierres, sur les plantes puis dans la litière des bois en la fouillant. C'est une technique de ratissage ou de zonage exigeante mais très efficace se pratiquant sans passer deux fois au même endroit pour apercevoir des individus isolés, ou pistant en nombre, mais surtout pour sonder la présence de fourmilières. Elle ne permet toutefois pas de débusquer les espèces rares ou très discrètes qui demeurent la plupart du temps profondément enfouies sous terre et qui sont par conséquent indétectables en surface. Cette chasse à vue de jour comprend aussi la technique du battage des branches d'arbres visant à ne capturer que des espèces arboricoles encore plus rares et plus discrètes que les précédentes.



Le battage des branches, notamment des arbres fruitiers, se fait à coups de bâton et nécessite l'emploi d'un drap blanc posé à même le sol, juste sous leurs branches, pour repérer plus facilement les insectes tombant dessus.


Le Pit fall trap est une technique de chasse passive par piégeage consistant en une série de gobelets qu'on enterre au ras du sol tous les 5 m sur un transect de 100 m (ce qui représente vingt gobelets), ce bien entendu pour espérer prendre le maximum de fourmis (voir photo), puis qu'on rempli au ¾ ou ⅔ d'un mélange d'eau, d'alcool et de liquide vaisselle ayant pour effet de diminuer la tension superficielle de l'eau. Les insectes tombent dans les gobelets puis s'y noient. Les pièges sont récupérés 48 heures plus tard avec leur contenu de bestioles.



Nota : La chasse à vue de jour m'ayant permis de débusquer de nombreuses espèces en maints endroits, et ce de manière répétitive concernant la plupart d'entre elles, j'ai utilisé cette forme de piégeage surtout pour attraper de supposées fourmis rares qui auraient échappé à mes investigations visuelles.


Les appâts sont une autre technique de chasse passive par piégeage mais sont constitués cette fois d'un mélange de thon au naturel (sans huile), de miel et de biscuit réduits en bouillie qu'on dépose sur un petit carré d'aluminium permettant de les retrouver plus facilement. Comme précédemment, un appât est disposé tous les 5 m sur un transect de 100 m. Les vingt appâts sont récupérés une heure après. Cette méthode comporte toutefois un inconvénient, celui de n'attirer que les fourmis intéressées par un type de nourriture (soit le miel, soit le thon, soit le biscuit). Par ailleurs, si plusieurs espèces découvrent un appât, on constate bien souvent que la plus agressive d'entre elles prend le dessus sur les autres et les chasse, ce qui a pour fâcheuse conséquence de fausser la mesure.



Nota : Comme pour le Pitfall trap, j'ai utilisé cette forme de piégeage dans l'idée d'attraper les quelques fourmis rares qui auraient échappé à ma chasse à vue diurne.


Ces techniques de piégeage (Pitfall trap et appâts) ont été employées simultanément en alternance à raison d'un piège de chaque type tous les 2 m 50 sur quatre transects différents afin d'en réduire l'espace et le temps d'installation pour autant de milieux à prospecter et faire ainsi d'une pierre deux coups en l'espace de deux jours.

La majeure partie des appâts posés ont rapidement attiré un grand nombre de fourmis, dont une fréquence exagérée de sujets appartenant à l'espèce Tapinoma erraticum ayant eu tendance à monopoliser la nourriture offerte, mais aucune espèce inconnue de mon répertoire ne vint se faire connaître sur cette première forme de transect sauf, une heure après mes relevés, un chien accompagné de sa maîtresse qui vint se régaler de tous mes petits pâtés posés trop près d'un chemin.

La majeure partie des gobelets enterrés me permirent aussi la capture d'un grand nombre de fourmis encore fortement représentées par l'espèce Tapinoma erraticum me paraissant décidément fréquente et très active sur la majeure partie du parc. Aucune espèce inconnue de mon répertoire ne vint non plus se faire connaître ici, tout comme les fourmis rares, et je comptais cette fois prendre au piège une ou deux espèces nocturnes. Mais aucune d'entre elles ne vint davantage compléter le répertoire des espèces qui me sont familières sur cette deuxième forme de transect. Par contre, 25 % de mes gobelets, eux aussi posés trop près d'un chemin, furent détruits avant mes relevés par un promeneur mal intentionné en dépit du fait que j'avais pris la précaution de les camoufler avec des végétaux.



Deux Myrmicinae (en haut à droite) évitant de se frotter aux Tapinoma sur un même appât.



Suite de l'inventaire ci-dessous...
  Forum: Observations des fourmis en milieu naturel · Prévisualisation du message: #200589 · Réponses: 16 · Lectures: 5 435

I-D-É-MYR
Ecrit: Wednesday 03 December 2014 à 12:36


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Au sujet de mes liens...

Oui ! Mais toutes mes tofs ont disparu = ??? unsure.gif ???

Faut que je demande à Nico, de la famille des arécacées (palmiers) mrgreen.gif si je peux les remettre à leur place dans mes suivis.

Je me demande aussi, parfois, si je n'en fais pas un peu trop (sujets trop longs et trop lourds).

Merci, tout de même, pour ta découverte !

A+ fauvelle... wink.gif
  Forum: Observations des fourmis en milieu naturel · Prévisualisation du message: #200586 · Réponses: 16 · Lectures: 5 435

I-D-É-MYR
Ecrit: Wednesday 03 December 2014 à 11:11


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Cette belle camponote (taille 10 mm env), aperçue à Dijon ville et ses environs, serait-elle une Camponotus sylvaticus ou non ?


  Forum: Photos de fourmis · Prévisualisation du message: #200583 · Réponses: 13 · Lectures: 15 571

I-D-É-MYR
Ecrit: Wednesday 03 December 2014 à 00:54


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Salut fauvelle !

Pour ce qui est de l'identification, je vais tout d'abord essayer de me débrouiller seul, comme un grand. Et si je cale pour certaines espèces, je les enverrai à Antarea en espérant que ça ne me coûtera pas bonbon.

Au sujet des deux tofs identiques, je m'en suis aperçu et ai vite corrigé mon erreur. J'en passe un temps fou à les rebidouiller mes textes = Je rame, oui ! Ca ne se passe jamais comme je veux sur un forum ou un site, c'est nettement moins facile qu'en traitement de texte sur OpenOffice chez moi.

Sur ce, bonne nuit fauvelle et à la prochaine... wink.gif

Patrice

  Forum: Observations des fourmis en milieu naturel · Prévisualisation du message: #200581 · Réponses: 16 · Lectures: 5 435

I-D-É-MYR
Ecrit: Wednesday 03 December 2014 à 00:42


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Salut Nico !

Pour les échantillons ? Je vais tout d'abord essayer de me débrouiller par moi-même pour identifier le maximum d'espèces me restant difficiles à distinguer. Et si je cale, avec les dernières, je les enverrai à Antarea. Ainsi ça me coûtera moins cher en tubes Eppendorf et en timbres vu que je peine à joindre les deux bouts.

Au fait ! Qui est-ce qui s'occupe toujours de corriger les sujets : C'est toi ? Parce qu'il y a de nouveau des trucs cochons qui demeurent collés à mon texte, du genre [/size] et [coller], etc... Ca fait moche !

Merci d'avance à celui qui me les fera sauter ! wink.gif

De plus, pendant ma très longue absence, mes suivis d'élevages en ont pris un sérieux coup. Ils ont même carrément disparu unsure.gif !?!?

A+ Nico... happy.gif

Patrice

  Forum: Observations des fourmis en milieu naturel · Prévisualisation du message: #200580 · Réponses: 16 · Lectures: 5 435

I-D-É-MYR
Ecrit: Tuesday 02 December 2014 à 01:19


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


CITATION(clik @ Saturday 22 November 2014 à 21:42) *
[img]http://photos.fourmis.free.fr/media/42/ouvriere_dolichoderus_quadripunctatus < ICI

Let's go smile.gif.


Pourquoi tu nous donnes les réponses toutes faites, clik !?!?
  Forum: Identifications de fourmis · Prévisualisation du message: #200574 · Réponses: 74 · Lectures: 56 663

I-D-É-MYR
Ecrit: Tuesday 02 December 2014 à 01:11


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


C........s = C'est ça ?
  Forum: Identifications de fourmis · Prévisualisation du message: #200573 · Réponses: 74 · Lectures: 56 663

I-D-É-MYR
Ecrit: Tuesday 02 December 2014 à 01:07


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Salut Adamé !

En attendant le printemps (si j'en ai le temps), je vais te poser sur AcideFormik mon inventaire myrmécologique du Parc de la Fontaine aux Fées en bonne et due forme, et dans son intégralité, avec photos et croquis, et ce finalement avant que le Conservatoire des Sites Naturels Bourguignons n'en reçoive copie. Alors, vois-tu, AcideFormik sera servi en premier ! Prenons cela pour un essai.

Je me remets lentement de mon déménagement et reprends peu à peu du poil de la bête. Mes élevages ne sont pas au frais ni au chaud pour cause que je ne possède pas de cave ni de grenier pour les faire diapauser entre 10 et 15°c. Mes fourmis vivent au ralenti, voilà tout, et c'est déjà pas si mal !

Si j'avais un peu plus d'argent, je préparerais l'année myrmécologique 2015 en y mettant le paquet pour les prélèvements que je dois faire à l'attention du Muséum d'Histoire Naturelle du Jardin de l'Arquebuse à Dijon (récolte à faire sur mon fameux parc ainsi que dans les bois du fort de Hauteville), et pour fabriquer les antariums de mes trois nouvelles colonies qui vont "exploser" au printemps prochain. Là, je risque de me faire doubler par ces demoiselles et de perdre la face en ne pouvant plus suivre !

Comme occupations, encore, il y a des tas de choses à arranger dans mon nouveau loft et du bricolage en perspective pour améliorer le confort et la fonctionnalité de cet étroit logis, sans oublier un peu de déco pour faire plus joli.

Voilà, mon cher Adamé, comment je vais ou pourrais faire passer plus vite la mauvaise saison : En attendant le printemps ph34r.gif

A+ wink.gif









  Forum: Myrméco-café · Prévisualisation du message: #200572 · Réponses: 33 · Lectures: 13 149

I-D-É-MYR
Ecrit: Tuesday 02 December 2014 à 00:22


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


PRESENTATION DU PARC


Le Parc de la Fontaine aux Fées (30 ha), situé en la commune de Talant voisine de Dijon, est constitué de pelouses sèches et de landes à buis (ou buxaie) sur sol calcaire.

Par arrêté préfectoral de protection du biotope, en date du 23 décembre 1994, il est classé zone naturelle (protégée) d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type 1.

Son inventaire myrmécologique, réalisé pour le compte du Conservatoire des Sites Naturels Bourguignons et de la mairie de Talant, s'est étalé sur une période de trois ans avec plus de 6 000 colonies visitées sur le terrain (toutes différentes), colonies que se partagent une trentaine d'espèces dont un bon quart me reste encore à identifier.

Les divers milieux prospectés sont : la buxaie, la buxaie sur éboulis, les éboulis et la pelouse sèche, dite calcaire (milieux thermophiles), les anciens vergers (plus tempérés) et les combes boisées (fraîches et humides), sans oublier les anciennes carrières (falaises), les chemins et les sentiers, puis les murs et les murets étant autant de niches intéressantes à explorer.


LES DIFFERENTS MILIEUX



La Buxaie ou Lande à buis


La buxaie (lande à buis), colonisant le même biotope en association avec le genêt à balais, mais ponctuée ici et là d'arbustes au devenir incertain, est un milieu semi ouvert parce que parsemé de taches claires (pelouse et rocaille en sursis) où l'on constate, comme son nom l'indique, une prédominance des buis pouvant être densément groupés par endroits. Une telle association végétale favorise pourtant l'établissement d'une myrmécofaune presque aussi variée que celle de la pelouse. Diverses espèces itinérantes ou sédentaires ont pu s'y fixer puis y être relevées par la chasse à vue diurne ainsi que par le piégeage locatif au ras des massifs dissimulant un humus (sous les buis) un peu plus accueillant qu'alentour pour héberger des fourmis de taille raisonnable.

<a href="http://www.casimages.com/i/150601110928840970.jpg.html" target="_blank" title="(1) Buxaie ou Lande à buis"><img src="http://nsa37.casimages.com/img/2015/06/01/150601110928840970.jpg" border="0" alt="(1) Buxaie ou Lande à buis" /></a>


Cette formation végétale a tendance à coloniser le biotope du parc tout en "grignotant" les pelouses, mais n'est pas le genre de milieu que les fourmis ont le plus investi.


La Buxaie sur éboulis


La buxaie sur éboulis est un milieu plus ouvert que la buxaie mais plus stérile que la pelouse sèche parce que ses buis, réunis en petits massifs, sont établis par intermittence sur un sol pierreux qui apparaît souvent en clairs et larges espaces complètement dénudés voire presque abiotiques. Localement on rencontre aussi des arbustes paraissant, quant à eux, être tombés tout droit du ciel mais étant susceptibles d'attirer certaines fourmis. En ce lieu hostile je ne devais pas désespérer trouver des espèces itinérantes par la chasse à vue diurne ainsi que des espèces fixes, mais tantôt discrètes, par piégeage locatif également effectué au ras des structures végétales dissimulant également un humus un peu plus accueillant pour des fourmis ne pouvant s'établir dans les interstices vides des amas de cailloux.




Les éboulis


Les éboulis sont un milieu thermophile et changeant très ouvert mais, comme précédemment, peu propice à l'établissement des fourmis, sauf en leur sommet où le sol est encore assez épais pour le creusement de leurs galeries. On n'y voit pas grand chose si ce n'est la présence de rares plantes adaptées qui s'accrochent désespérément aux pierres mobiles grâce à leurs robustes racines ainsi que celle non moins fortuite d'espèces itinérantes, ou fourrageant dans leurs avalanches de cailloux, que j'ai pu détecter par la chasse à vue diurne sans trop creuser dans les détails.




La Pelouse Sèche ou calcaire


La pelouse sèche (pelouse calcaire), évoluant lentement sous la pression de nombreux facteurs dans un biotope rocailleux très pentu et exposé plein sud, est un milieu ouvert où l'on constate, émergeant d'une végétation rase ou rampante, une prédominance des graminées susceptibles de satisfaire aux besoins nutritifs d'espèces appartenant au genre Messor (fourmis moissonneuses). Toutefois, ses conditions topographiques (sol ayant une texture caillouteuse et une structure pauvre en éléments organiques et dont la porosité toute relative lui confère une hygrométrie tout juste suffisante) sont autant de facteurs limitant le volume de sa pédoflore et, par voie de conséquence, l'établissement d'une myrmécofaune digne de ce nom. Seule la recherche de petites espèces itinérantes ou fixes et dites “thermophiles” s'est imposée ici, mais uniquement par application de la chasse à vue diurne.




Les Anciens Vergers


Les anciens vergers (friches) sont des milieux semi ouverts où l'on constate une prédominance des arbres fruitiers qui y étaient jadis cultivés. Ainsi, des espèces terricoles également attirées par le miellat des homoptères, mais aussi par les matières sucrées des fruits tombés au sol, purent être identifier au cours d'une chasse à vue diurne méticuleuse ainsi que par le piégeage locatif mis en œuvre au ras de leur fruticée.




Les Combes boisées


Les combes boisées sont des milieux fermés, ombragés et humides, où l'on constate une prédominance des arbres présentant une haute valeur myrmécologique (érables, chênes et tilleuls) puisqu'ils hébergent les homoptères producteurs de miellat (pucerons et cochenilles) que certaines fourmis dites “pastorales” élèvent pour se gaver de leur précieux liquide sucré. De nombreuses espèces terricoles, lignicoles, et parfois même arboricoles, attirées par cet or liquide ou exploitant d'autres ressources alimentaires, y vivent mais sont difficiles à déceler car très discrètes. Une chasse à vue diurne, très pointilleuse, ainsi qu'un piégeage locatif effectué dans la proximité d'objectifs bien ciblés (souches, troncs d'arbres, branches mortes tombées au sol) dut être requise et dut même m'inciter à fouiller dans la litière tout en scrutant la surface des feuilles du lierre rampant.



La lisière des bois ou fruticée, constituée de toutes sortes d'arbustes (aubépine, prunellier, cornouiller mâle ou sanguin, etc...) émergeant des églantier et des ronces, fit elle aussi partie de la prospection.


Les Carrières et Falaises


Les carrières (falaises) sont des milieux ouverts où l'on constate une grande variété de paysages (roche, pelouse, fruticée, bois) susceptibles d'héberger dans leur micro-climat accueillant des espèces terricoles, lignicoles et lapidicoles repérables par la chasse à vue diurne ainsi que par le piégeage locatif visant leurs recoins prometteurs.




Les Chemins et sentiers


Les chemins et sentiers sont des milieux ouverts très faciles à prospecter où les bordures présentent tantôt une prédominance de haies arborescentes, tantôt d'herbes denses et de hautes graminées sous le couvert desquelles des espèces terricoles, pouvant être qualifiées de rudérales, ont été traquées uniquement par la chasse à vue diurne.




Les Murs et murets


Les murs et murets, eux aussi faciles d'accès, sont des milieux thermophiles plutôt propices à la nidification d'espèces lapidicoles ayant fait l'objet d'une chasse à vue diurne tout aussi scrutatrice qu'ailleurs.




LISIERES ET CONTINUUMS AU PARC


Le continuum, en écologie du paysage, représente l'interface peu marquée et floue entre deux milieux voisins se fondant l'un dans l'autre, sans limite bien tranchée, mais présentant chacun une identité suffisante pour se différencier et avoir un fonctionnement écologique particulier dans la matrice (Syn : effet de lisière). Dans cette frontière avantageuse, qui mêle deux milieux différents, les formicidés s'établissent volontiers pour exploiter les diverses ressources qu'ils leur offrent simultanément. Un tel continuum existe au parc de la Fontaine aux Fées entre la buxaie et la pelouse sèche, favorisant la résidence de nombreuses espèces pouvant aussi profiter des nombreuses richesses que les deux milieux offrent chacun de leur côté.


Continuum Buxaie / Pelouse sèche

(entre les pointillés dans l'image)


[url=http://uprapide.com/image/901746-continuum-buxaie---pelouse-seche--2-]</a>



Un continuum identique existe entre la buxaie et celle dite “sur éboulis” favorisant de la même manière la résidence de nombreuses espèces pouvant aussi profiter des nombreuses richesses que les deux milieux offrent chacun de leur côté.


Continuum Buxaie / Buxaie sur éboulis

(entre les pointillés dans l'image)





La lisière ou fruticée est une interface bien marquée entre deux milieux voisins présentant une identité suffisante pour se différencier d'entre eux et avoir un fonctionnement écologique particulier (Syn : écotone). Dans cette frontière plus avantageuse que le continuum, car figurant au centre dans l'étagement de trois formations végétales bien distinctes, les fourmilières abondent et accroissent considérablement leurs sources d'approvisionnement. Au Parc de la Fontaine aux Fées on peut voir un abondant fouillis végétal en lisière qui sépare les combes de la buxaie sur éboulis et que se partage une intéressante myrmécofaune y trouvant tout à la fois le gîte (sous les pierres) et le couvert (dans la fruticée).


Lisière et Fruticée





Suite de l'inventaire > http://www.acideformik.com/forums/index.ph...st&p=200589
  Forum: Observations des fourmis en milieu naturel · Prévisualisation du message: #200571 · Réponses: 16 · Lectures: 5 435

I-D-É-MYR
Ecrit: Sunday 11 August 2013 à 11:15


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Re salut, Poisson Rlouge !

"Poisson Rlouge" parce que j'viens tout juste eud'visiter ton suivi d'Forlmica cunicu..... (ne surltout pas confondrle avec cette prlatique horrlible : Sainte-Mère de Dieu d-l'église de "Acrlé vin-gniou d'bonsouèrle de m...." !!!) > Quelle honte / Quelle horrleuuuuuuuur ! mrgreen.gif

J'possédions, donc, la même rleine que touè d'puis cette année, une Lasius sp nouèrle, mais qu'est un ch'tiot peu plus en r'tarld au niveau du couvain, vin-gnieu ! dry.gif

Alorls, c'est point la peine de fâaire la courlse avec mouè puisque c'est touè qu'as prlis d-l'avance, à crlé non d'une pipe !

Mais saches, p'tit poisson rlouge que dans l'Berry (où j'âai vécu 8 années) y'a des vieux marligots tout glauques au fond desquels Maîtrle Esox t'attend toujourls avec autant d'impatience que d'appétit dont il bâââve... Hein mon gaillard !!! laugh.gif

On n'a pas fini tous les deux d'comparler nos élevâges d' Lasius sans nom toute nouèrle et d'prlendre plâaisir à s'donner mutuellement des nouvelles à leurl sujet... Cochon qui s'en dédit ! sleep.gif

Alors au plâaisir de t'rlevouèrle, Poisson Rlouge wink.gif

Patrice eud' l-I-D-E-MYRL parldi !
  Forum: Questions/Réponses des suivis de colonies · Prévisualisation du message: #192883 · Réponses: 25 · Lectures: 9 535

I-D-É-MYR
Ecrit: Sunday 11 August 2013 à 10:29


Nymphe


Groupe: Membres
Messages: 92
Inscrit: 17/02/2013
Lieu : DIJON en Côte-d'Or - Bourgogne - FRANCE
Membre No.: 11 182


Salut Red-Fish !

Belle reine (celle que tu as choisie pour ton avatar) thumbsup.gif

Tiens !? Je ne savais pas qu'on pouvait prendre des macro-photos à peu près correctes avec un téléphone portable = Je débarque et ne fais que débarquer trop souvent ! mrgreen.gif

Nymphes nues ? Une exception à la règle qui arrive également quelques fois chez mes Formica rufibarbis, sûrement à cause des fortes chaleurs estivales où l'on a plutôt tendance aussi, chez nous les humains, à mettre les bébés tout nu, non ? Alors pourquoi pas chez les fourmis !

Et le nid ? Il est où le nid, Poisson-Rouge ? Qu'en mon ex qualité de "Pêcheur à rôder" le carnassier j'ai bien envie de te faire faire un p'tit plongeon mais maintenu en laisse et bien vivant au bout d'un montage de ma conception au fond d'un vieux marigot pour attirer Maître Esox lucius, autre espèce certes mais peu recommandable pour un p'tit poisson rouge tout frétillant de jeunesse comme toi qui le fait baver d'envie de le croquer, arêtes comprises laugh.gif

Bonne continuité pour ton élevage de "cunis', Boy wink.gif

Patrice de l'I-D-E-MYR

PS : Sans blague, y'a bien longtemps que j'ai pas pêcho un gros bec, moi ! dry.gif

  Forum: Questions/Réponses des suivis de colonies · Prévisualisation du message: #192881 · Réponses: 60 · Lectures: 18 518

4 Pages V   1 2 3 > » 

New Posts  Sujet ouvert (nouvelles réponses)
No New Posts  Sujet ouvert (pas de nouvelle réponse)
Hot topic  Sujet chaud (nouvelles réponses)
No new  Sujet chaud (pas de nouvelle réponse)
Poll  Sondage (nouveaux votes)
No new votes  Sondage (pas de nouveau vote)
Closed  Sujet fermé
Moved  Sujet déplacé
 

Version bas débit
Creative Commons License