Recherche Membres Calendrier Shoutbox
IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )



 
Reply to this topicStart new topic
> Solenopsis invicta (Buren), GFF - Grande Fourmi de Feu - Biologie
Hydraméthylnon
* Thursday 01 May 2008 à 01:42
Message #1


Major Fatal


Groupe: Membres
Messages: 1 296
Inscrit: 20/03/2008
Lieu : Mahina - Tahiti
Membre No.: 1 984




Solenopsis invicta (Buren)


Présentation :

La Solenopsis invicta, ou Grande Fourmi de Feu (par analogie avec la Petite Fourmi de Feu) ou GFF, possède une biologie remarquablement offensive.

Originaire d'Amérique du Sud (Brésil), par son extraordinaire pouvoir d'adaptation, elle est devenue un major des pestes mondiales, une sorte de radioactivité biologique. Elle est considérée aujourd'hui comme la plus dangereuse des fourmis à l'échelle mondiale. Elles tuent environ 80 personnes (allergiques = 1 pers./1000) par an aux USA. (cf. Hawaiian Ecosystems at Risk project - RIFA).


Caractéristiques générales :

Elle fait partie des 8 espèces de fourmis classées Super-envahissantes, elle en est la première.
Pour faire partie de ce club très fermé il faut posséder les caractéristiques suivantes :

  • Unicolonialité : Pas d'agressivité entre nids voisins
  • Adaptées aux milieux perturbés par l'homme
  • Omnivores : Opportunistes, souples
  • Polygynie : Plusieurs reines par nid, sans hiérarchie
  • Activité de recherche continue : 24 h / 24
  • Mobilisation rapide : Levée en masse sur découverte d'une ressource
  • Tendance à migrer : Courants déplacements du nid
  • Très forte agressivité
  • Explosion démographique facile

Elle possède, en outre, un venin redoutable qui lui permet, avec les caractéristiques précédentes, d'accéder au top 10 des pires pestes mondiales et à la première place pour les fourmis de ce top.

Classification :
  1. Règne : Animalia
  2. Embranchement : Arthropodes
  3. Sous-embr. : Hexapodes
  4. Classe : Insectes
  5. Sous-classe : Pterygotes
  6. Infraclasse : Neoptères
  7. Ordre : Hymenoptères
  8. Sous-ordre : Apocrita
  9. Super-famille : Vespoidae
  10. Famille : Formicidae
  11. Sous-famille : Myrmicinae
  12. Tribu : Solenopsidini
  13. Genre : Solenopsis
  14. Espèce : Solenopsis invicta (Buren, 1972)

invicta veut dire invaincu, invincible (en latin). C'est en raison de son extrême agressivité et de l'énorme difficulté à la contenir que Buren lui a choisi ce nom.

Synonymes :
S. saevissima var. wagneri (Santschi)
S. wagneri (Santschi)

Morphologie :

Comme toutes les fourmis du genre Solenopsis, c'est une fourmi à taille variable :
- ouvrières: polymorphes (majors et minors), de taille variant de 2 à 7 mm de façon continue, bicolores rouges à abdomen noir. Leur espérance de vie est fonction de leur taille : De un à deux mois pour les minors, de 3 à 6 mois pour les majors.

- gynes: 6 à 7 mm (sans les ailes), noires, œil volumineux (la moitié de la hauteur de la tête) Son espérance de vie est d'environ 6 ans.

Anatomie de l'ouvrière :

  • Tête oblongue en forme d'oeuf
  • Antenne de 10 segments, les 2 derniers formant la massue, étant très dilatés (valable pour tous le genre Solenopsis)
  • Gouttières antennaires absentes
  • Tête, thorax et abdomen lisses
  • épines propodéales inexistantes
  • Pétiole à deux segments triangulaires, le second étant un peu plus petit, plus sphérique que le premier et porté plus bas.
  • Les poils dressés sur le corps sont longs, épais et assez rares.
  • Oeil petit, tout au plus 6 ommatidies sur la plus grande rangée.
  • Mandibule à 4 dents, la plus haute (proximale du clypeus) étant la plus petite
  • Clypeus sans carinae mais à trois dents, la médiane supportant un poil (critère spécifique) photo
  • mésopleuron finement sculpté;
  • sur les majors, le scape antennaire atteind presque le lobe occipital.

Critères d'identification post mortem :

1. La formule antennaire des Solenopsis (10 dont 2 pour la massue)
2. La troisième dent clypéale avec son poil : photo
3. Le mésopleuron finement sculpté
4. Pas d'épines propodéales

Photos anatomiques (et autres, en anglais) : PaDIL - Solenopsis invicta


Habitat :

Elle fait des fourmilières d'une hauteur/diamètre pouvant atteindre 40 cm. Leur densité à l'hectare est souvent très élevée (470/ha sur les sites polygynes et 155/ha sur les sites monogynes). Elles peuvent ainsi atteindre une densité de 1.500 à 3.000 fourmis au m² (HEAR- RIFA) ...

Elles colonisent tous les milieux, y compris les maisons, avec une préférence pour les endroits sombres et humides : cuisine, salle d'eau, murs, faux-plafond, fondations, etc.
Elles rentrent, évidemment, dans les gaines électriques, interrupteurs, compteurs, répartiteurs et aussi les saignées de la plomberie.

Reproduction :

Il existe deux types de colonies de GFF : Monogynes et polygynes, les secondes étant, évidemment, bien plus denses et dangereuses que les premières.

La reproduction est extranidale, par vol nuptial. Une expérience a montré qu'elles sont capables de voler sur 10 km. Il est fréquent que les reines se regroupent à l'issue de leur vol nuptial pour coopérer ensuite à l'établissement d'une nouvelle colonie. Toutefois, dans les colonies monogynes, les ouvrières tueront toutes les reines sauf une.

La plupart des reines vivent environ six ans.
Selon des scientifiques, une reine au mieux de sa forme peut pondre jusqu'à 1.500 oeufs par jour !!
L'apparition des majors se fait au bout d'un mois environ, après que les minors aient construit et stabilisé la fourmilière fondatrice.

Ethologie :

Expansion naturelle :
L'essaimage se fait par vol nuptial dans un rayon de 10 km à partir de la fourmilière d'origine.
D'où l'extrême difficulté à réduire les invasions une fois détectées.

Structure sociale :
Il n'y a pas de hiérarchie sociale, juste la séparation ouvrières-gynes, toute information utile diffuse le plus rapidement possible dans la colonie.

Dans les colonies polygynes toutes les fourmis coopèrent immédiatement, quelle que soit leur reine.
Dans les colonies monogynes la compétition intraspécifique existe. Ceci est classique chez les fourmis.

Alimentation :
C'est avant tout un prédateur d'arthropodes (son venin lui est donc vital) mais qui reste omnivore. Leur pouvoir de mobilisation sur toute nouvelle ressource est très grand, très rapide : Plusieurs centaines d'ouvrières sont mobilisés sur une ressource nouvelle en moins d'une heure et en limite de colonie.

Compétition interspécifique :
Leur agressivité est exceptionnelle, la force de leur venin aussi. Elles font le vide biologique dans les zones qu'elles colonisent, repoussant même les vertébrés supérieurs. La piqûre sur l'homme provoque un bouton blanc qui prendra plusieurs jours pour disparaître, souvent plus d'une semaine. Comme elles sont nombreuses et que chacune peut piquer plusieurs fois, la victime reçoit plusieurs dizaines de piqûres par seconde. (voir aussi http://www.dinosoria.com/fourmi_feu)

Elles piquent et mordent : Pour bien enfoncer son dard, la fourmi mord profondément pour s'accrocher, puis tire sur les crochets de ses pattes et sur son abdomen pour enfoncer son aiguillon qui fait environ 1/10e de mm : photo de Matt Dowling

Elles exterminent préférentiellement toutes les autres espèces de fourmis, puis les hyménoptères (abeilles).
Il semble qu'une certaine cohabitation soit tolérée avec Wasmannia auropunctata, la petite fourmi de feu (PFF).

Diapause :
Elles n'en connaissent aucune.


Répartition mondiale détaillée et autres :

Carte de leur répartition mondiale

Son explosion mondiale est due à l'homme : Il est évident que la dissémination par l'homme est extrêmement facile et pratiquement invisible lorsqu'on n'est pas averti et très attentif.

En tant que peste mondiale majeure ayant colonisé plus du quart sud-est des USA (introduction vers 1918 dans le port de Mobile en Alabama, via les ballasts d'un bateau) auxquels elle a coûté plus de 500 millions de dollars de dégâts et tué plus de 80 personnes rien qu'en 2006, elle y est très étudiée, les articles sont nombreux sur Internet et la majeure partie des articles sérieux est en anglais.

Les recherches en lutte biologique sont balbutiantes et portent d'une part sur des espèces parasites Pseudacteaon sp.(Phoridae) et d'autre part sur des virus spécifiques à la GFF (Brevet US 7332176 sur les SINV). La seule voie de résistance connue, actuellement largement employée, est la lutte chimique à base d'IGRs (= inhibiteurs de croissance : méthoprène et pyriproxyfène) ou d'insecticides systémiques (= à effet retardé, que les ouvrières apportent aux reines : hydramethylnon mrgreen.gif)

Voir :

Dinosoria - Fourmi de Feu
Wikipedia - Fourmi de Feu Rouge (titre très mauvais, article très moyen, pour l'instant)

Invaders - Red Imported Fire Ant (En anglais)
IFAS - Red Imported Fire Ant (En anglais)
ISSG/GISD - Solenopsis invicta (En anglais)
USDA - Red Imported Fire Ant (En anglais)
etc ...

---------------
mise à jour du 30/04/2008.
---------------

Des remarques ?
Des questions ?
Des erreurs ?


--------------------
C'est fou de préserver la biodiversité en étant obligé de balancer des saloperies chimiques dans la nature !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
cékiki
* Thursday 01 May 2008 à 08:42
Message #2


Gyne Très Mégère


Groupe: Partenaires
Messages: 9 722
Inscrit: 27/10/2004
Lieu : Perpignan
Membre No.: 109




Si c'est pas complet ...
J'y ai appris entre autres l'origine d' "invicta".
La source de la photo :
http://www.desertmuseum.org/programs/image...nvicta_head.jpg
à toi ?
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Joachim
* Thursday 01 May 2008 à 09:41
Message #3


Major


Groupe: Exposants Acideformik
Messages: 1 474
Inscrit: 29/04/2005
Lieu : Ach ! En Alleuhmagneuh !
Membre No.: 213




Avec de belles fiches bien complètes comme celles-ci on pourrait faire une section spéciale espèces invasives,
bravo thumbsup.gif


--------------------
amicalement,
Joachim
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Hydraméthylnon
* Thursday 01 May 2008 à 09:57
Message #4


Major Fatal


Groupe: Membres
Messages: 1 296
Inscrit: 20/03/2008
Lieu : Mahina - Tahiti
Membre No.: 1 984




Merci pour l'appréciation smile.gif et pour la correction du titre thumbsup.gif (j'avais zappé le "p")

En fait ce n'est pas complet : Je n'y ai pas mis le fond de ma pensée (parce que c'est subjectif)

Non, la photo n'est pas de moi (je ne suis pas pressé d'en faire de celle-là parce qu'en général ici c'est à partir d'échantillons pris sur place que je fais ... :peur: ) Je crois, sans être sûr du tout, qu'elle est d'un copain US (qui en fait de superbes : Eli Sarnat)

En fait, je continue sur ma proposition de l'autre jour : Se faire notre "WikiFormik-envahissantes" comme ça.
J'ai fait la PFF et maintenant la GFF. Il en reste pas mal dans les envahissantes dont la majorité n'est pas encore chez nous (ici, on n'a "que" la majorité des super-envahissantes sad.gif ... ) mais j'aimerai bien ne pas être le seul à me les taper wink.gif


--------------------
C'est fou de préserver la biodiversité en étant obligé de balancer des saloperies chimiques dans la nature !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
SA_Ka_20
* Thursday 01 May 2008 à 11:07
Message #5


Cocon


Groupe: Membres
Messages: 294
Inscrit: 16/03/2007
Lieu : Toulouse
Membre No.: 1 291




Invicta, c'est pour "invaincue", non ?

Je voudrai une confirmation ou une négation sur cette info (que j'ai peut-être rêvé) : le taux de personne allergique aux piqûre de S. invicta et plus élevé que celui d'allergiques aux piqûre d'abeilles ?

J'ai lu aussi, qu'en fonction de l'origine de certains nids, il se pouvait qu'au lieu de s'entraider, elles se foutaient sur la gueule (pardonnez le vocabulaire). Lors des tests préliminaire avec les phorides ils ont du relâcher des ouvrières sur un nid autre que celui d'origine (disparu/déménagé ?) de ces ouvrières ; Elles ont été mise à mort. mellow.gif

ceci peu-être intéressant pour visualiser :

National Agricultural Pest Information System (NAPIS) Même s'ils ont pas ratifié le protocole de kyoto ils s'intéressent un peu plus à ce qui ce passe au fond de leurs jardins que nous... dry.gif

edit : ortho* et le lien est censé marcher

Ce message a été modifié par SA_Ka_20: Thursday 01 May 2008 à 11:52


--------------------
"Pressé fortement sur ma droite, mon centre cède, impossible de me mouvoir, situation excellente, j'attaque.", Ferdinand Foch

"La guerre ! C'est une chose trop grave pour la confier à des militaires.", Georges Clemenceau
Go to the top of the page
 
+Quote Post
bidou
* Thursday 01 May 2008 à 11:44
Message #6


Major grognon


Groupe: Contributeurs
Messages: 2 033
Inscrit: 20/04/2007
Lieu : Lyon / Ecotay (42)/ Limousin
Membre No.: 1 347




Oui "invicta" est pour invaincue, aussi une chose que j'apprend thumbsup.gif
Impréssionante la photo de la piqûre! Cette stratégie monogynie/polygynie est extraordinaire, pour sa plus grande réussite.

Merci pour le travail Hydraméthylnon smile.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Hydraméthylnon
* Thursday 01 May 2008 à 23:12
Message #7


Major Fatal


Groupe: Membres
Messages: 1 296
Inscrit: 20/03/2008
Lieu : Mahina - Tahiti
Membre No.: 1 984




CITATION(SA_Ka_20)
Invicta, c'est pour "invaincue", non ?
Oui, ou bien "invincible".
Je crois qu'il a plus pensé à "invincible" pour ce monstre-là.
CITATION(SA_Ka_20)
Je voudrai une confirmation ou une négation sur cette info (que j'ai peut-être rêvé) : le taux de personne allergique aux piqûre de S. invicta et plus élevé que celui d'allergiques aux piqûre d'abeilles ?
Je n'en ai sincèrement aucune idée. Peut-être chercher dans les revues médicales sur le net mais ce n'est pas du tout ma branche. Quelqu'un sait ?
CITATION(SA_Ka_20)
J'ai lu aussi, qu'en fonction de l'origine de certains nids, il se pouvait qu'au lieu de s'entraider, elles se foutaient sur la gueule (pardonnez le vocabulaire). Lors des tests préliminaire avec les phorides ils ont du relâcher des ouvrières sur un nid autre que celui d'origine (disparu/déménagé ?) de ces ouvrières ; Elles ont été mise à mort. mellow.gif
C'est vrai et c'était prévisible. Je le disais dans l'article : Les colonies de GFF monogynes sont comme toutes les colonies monogynes du monde, elles ne tolèrent pas la présence d'individus d'autres reines que la leur, question d'odeur sans doute.
CITATION(SA_Ka_20)
ceci peu-être intéressant pour visualiser :
National Agricultural Pest Information System (NAPIS) Même s'ils ont pas ratifié le protocole de kyoto ils s'intéressent un peu plus à ce qui ce passe au fond de leurs jardins que nous... dry.gif

edit : ortho* et le lien est censé marcher
L'USDA (United States Departement of Agriculture) propose un bon paquet de sites techniques et scientifiques de haute valeur. NAPIS en est un.
Si Bush et les cartels qui le tiennent n'ont pas ratifié Kyoto, ça ne signifie pas que tous les américains sont de son avis. Il y a partout des gens super qui font ce qu'ils peuvent (heureusement !) : La preuve.

smile.gif


--------------------
C'est fou de préserver la biodiversité en étant obligé de balancer des saloperies chimiques dans la nature !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
adamé
* Friday 02 May 2008 à 08:22
Message #8


Gyne Très Mégère


Groupe: Administrateurs
Messages: 9 649
Inscrit: 02/05/2007
Lieu : Nord
Membre No.: 1 369




http://www.beekeeping.com/apinature/articl...es_abeilles.htm

Guêpes, abeilles , bourdons et frelons sont de retour. Si ces hyménoptères jouent un rôle important dans le renouveau de la vie botanique , ils présentent également un risque non négligeable chez les humains trop sensibles à leur venin.

Les allergiques à ces bébêtes, pas toujours sympathiques, représentent 2% de la population.


--------------------
Go to the top of the page
 
+Quote Post
SA_Ka_20
* Friday 02 May 2008 à 16:46
Message #9


Cocon


Groupe: Membres
Messages: 294
Inscrit: 16/03/2007
Lieu : Toulouse
Membre No.: 1 291




Il me semblait que que c'était 2 ou 4 et 6% les chiffres, visiblement c'était 2% pr les abeilles, mais pas moyen de remettre la main sur le document qui comparait les deux mellow.gif

CITATION
The proportion of allergic people is much greater than for honeybee stings.

CITATION
One source reports that fire ants sting as many as 14 million people each year, and anaphylaxis may occur in up to 6 percent of these individuals. �Fire ant stings are dangerous because of the venom injected into the victim that causes pain, swelling and other local affects plus the possible severity of the individual's allergic reaction. This reaction may be so severe that victims might suffer sweating, slurred speech, chest pain, shortness of breath, swelling, nausea, vomiting and anaphylactic shock. Death can occur in sensitive individuals, including the very young or elderly. One source reports that fire ants sting as many as 14 million people each year, and anaphylaxis may occur in up to 6 percent of these individuals.
ici

CITATION
"Fire Ant Focus 2004," the first survey of its type, found that 44 percent of Southern homeowners say at least one family member has been stung in the past year, a significant risk, considering that 10 to 15 percent of people in the general population can experience a severe localized allergic reaction to a sting, and as many as 2 percent may experience a systemic allergic reaction, which in rare cases results in death.


Ou encore 1-2% ailleurs

En cherchant spécifiquement cet info je me suis aperçu que.. personne n'en a visiblement la moindre idée dry.gif


--------------------
"Pressé fortement sur ma droite, mon centre cède, impossible de me mouvoir, situation excellente, j'attaque.", Ferdinand Foch

"La guerre ! C'est une chose trop grave pour la confier à des militaires.", Georges Clemenceau
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Hydraméthylnon
* Thursday 22 May 2008 à 02:14
Message #10


Major Fatal


Groupe: Membres
Messages: 1 296
Inscrit: 20/03/2008
Lieu : Mahina - Tahiti
Membre No.: 1 984




Info du jour :
First reward claimed for fire ant find

J'aime bien le commentaire lucide porté en dessous de cet article :
Fireants, only $5 each. Start your own nests and reap $500 later on ... roll up roll up!


--------------------
C'est fou de préserver la biodiversité en étant obligé de balancer des saloperies chimiques dans la nature !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Hydraméthylnon
* Thursday 22 May 2008 à 02:35
Message #11


Major Fatal


Groupe: Membres
Messages: 1 296
Inscrit: 20/03/2008
Lieu : Mahina - Tahiti
Membre No.: 1 984




Un plus sérieux :
---
U.N. experts battle fire ants, other invasive species
Reuters - Tue May 20, 2008 1:02pm EDT

By Madeline Chambers

BONN, Germany (Reuters) - To the unsuspecting observer, the red imported fire ant, less than one centimeter in length and reddish brown in color, looks as harmless as any other ant.

But the insect, native to South America, is responsible for billions of dollars of damage to crops and farming machinery, say U.N. experts meeting in Bonn in Germany until May 30 to discuss ways to protect the diversity of wildlife on earth.

These "invasive alien species" are one of the primary threats to biodiversity and the risks, especially to isolated ecosystems such as small islands, are likely to grow due to booming global trade, transport and tourism, the experts say.

Introduced to the southern United States in the early 20th century, the RIFA ants have stowed away in a range of imported goods and containers and are now found in Asian and Pacific countries, including China, Taiwan, Malaysia and Australia.

More aggressive than most other ants, the RIFAs give workers painful bites which turn into fluid-filled blisters, scare off animals which protect crops from insects and gnaw through wires on equipment causing between $500 million and several billion a year in the United States alone, say U.N. experts.

The Bonn biodiversity meeting is studying how to tackle creatures like the RIFA ants which are inadvertently moved from their natural habitat by global trade and then wreak havoc on the environment.

"The problem is enormous -- far bigger than people had previously thought," Sarah Simons, Executive Director of the Global Invasive Species Programme (GISP) told Reuters.

ECONOMIC COST

Other examples include cactus moths which destroy prickly pear cactuses. Scientists have warned the moths could wipe out cactus in Mexico where their pads are grown as crops for food.

In the Bahamas, invasions of lionfish are devouring other fish and tree snakes from Guam are threatening birds in Hawaii.

GISP's website cites a U.S. study which puts the global damage from invasive alien species at $1.5 trillion but Simons says more robust research is needed to convince people of the scale of the threat.

She advocates better quarantine arrangements as well as better insurance and liability mechanisms. Other measures can include tighter controls of air cargo or ships' ballast tanks.

U.N. experts say the Asia-Pacific region could offer lessons having curbed the spread of RIFAs by the monitoring of populations and installation of early warning systems.

"If we apply the precautionary approach, the spread of alien species can be limited," said Junko Shimura, the Convention's Programme Officer for Taxonomy and Invasive Alien species.

Preventing the international movement of potentially invasive living organisms and rapid detection at borders is cheaper than control and eradication which sometimes require environmentally damaging pesticides, she said.

(Reporting by Madeline Chambers; Editing by Jon Boyle)
---

Si seulement j'avais le temps de traduire tout ça ...


--------------------
C'est fou de préserver la biodiversité en étant obligé de balancer des saloperies chimiques dans la nature !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Hydraméthylnon
* Friday 27 June 2008 à 22:57
Message #12


Major Fatal


Groupe: Membres
Messages: 1 296
Inscrit: 20/03/2008
Lieu : Mahina - Tahiti
Membre No.: 1 984




--------------------------------------------------------------------------------
Source : SpringerLink
--------------------------------------------------------------------------------
A case study of human exacerbation of the invasive species problem: transport and establishment of polygyne fire ants in Tallahassee, Florida, USA

Revue: Biological Invasions
Éditeur: Springer Netherlands
ISSN: 1387-3547 (Print) 1573-1464 (Online)
Category: Original Paper
DOI: 10.1007/s10530-008-9254-x
Subject Collection: Biomedical and Life Sciences
SpringerLink Date: jeudi 20 mars 2008

Original Paper

A case study of human exacerbation of the invasive species problem: transport and establishment of polygyne fire ants in Tallahassee, Florida, USA

Joshua R. King(1) , Walter R. Tschinkel1 and Kenneth G. Ross(2)
(1) Department of Biological Science, Florida State University, Tallahassee, FL 32306-4370, USA
(2) Department of Entomology, University of Georgia, Athens, GA 30602, USA

Received: 4 February 2008 Accepted: 11 March 2008 Published online: 20 March 2008

--------------------------------------------------------------------------------
Résumé
Comprendre comment les espèces exotiques envahissantes sont dispersées est fondamental pour la biologie de la conservation et l'écologie. Les transports sont devenus l'un des principaux modes de dispersion des espèces exotiques. Nous avons examiné comment la fourmi de feu polygyne Solenopsis invicta contamine le bord des routes de Tallahassee, Florida, USA. Nous avons alors déterminé la source de cette expansion de population comme étant un dépôt de terre central. Un examen des pratiques de maintenance des routes de plusieurs états du Sud et du Texas révèle que l'utilisation d'un dépôt de terre central est une pratique commune. La maintenance des routes peut donc être la principale voie d'établissement des nouvelles populations polygynes de fourmis de feu, dans cette région et ailleurs. Des efforts de contrôle des dépôts de terre aideront à limiter les futures dispersions des fourmis de feu polygynes et peut-être celles d'autres organismes, en particulier celles des plantes envahissantes.

--------------------------------------------------------------------------------
Abstract
Understanding how exotic invasive species are spread is fundamental for ecology and conservation biology. Human transport has become one of the primary modes of dispersal for exotic species. We examined how the multiple queen, or polygyne, social form of the fire ant Solenopsis invicta is spread along roadsides in Tallahassee, Florida, USA. We then determined the likely source of this expanding population, which was a central soil depot. A survey of road maintenance practices in counties of several southeastern states and Texas revealed that the use of a central soil depot is a common practice. Road maintenance therefore may be the primary source for the establishment of new polygyne fire ant populations in this region and elsewhere. Control efforts focused on the soil depots will help to limit further spread of polygyne fire ants and perhaps other invasive organisms, particularly invasive weeds.

Keywords: Human transport - Invasive ants - Polygyny - Roadsides - Soil depots - Solenopsis invicta
--------------------------------------------------------------------------------
Joshua R. King
Email: jking à bio.fsu.edu
--------------------------------------------------------------------------------


--------------------
C'est fou de préserver la biodiversité en étant obligé de balancer des saloperies chimiques dans la nature !
Go to the top of the page
 
+Quote Post


Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s):

 



Partagez ce sujet sur un forum (bbcode):

Partagez ce sujet sur un site web ou un blog (html):
Version bas débit
Creative Commons License