Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète: [PFF/News] - Hawaii : Big Island, la pression monte
Acideformik.com > AcideFormik :: Myrmécologie > Fourmis envahissantes/invasives
Hydraméthylnon
--------------------------------
Source : Big Island Weekly -28 octobre 2009
--------------------------------

Little fire ants up the ante
Arriving in droves, packing a mean sting, these insects are here and multiplying

By Janice Crowl
Wednesday, October 28, 2009 3:54 PM HST


"I got stung on the butt while sitting on the toilet," says Pepe'ekeo resident Stephanie Williams. "That's how I discovered them. Like their name, they feel like fire, and they spread like wildfire."

The invasion of the little fire ant (LFA) is becoming a bigger pain in East Hawai'i, affecting the quality of life for residents and imperiling the island's agricultural industry. The Hawai'i Department of Agriculture Hilo office used to receive reports of infestation about once a week, usually from random agricultural areas, primarily in rural Puna. But now the HDOA gets daily calls, mostly from urban Hilo residents who have felt the painful, powerful sting of this noxious species, outdoors and indoors, and they want to know how to get rid of them fast.

Despite the enormous magnitude of the problem, government funding to battle the ants (Wasmannia) is minimal.

There are no plans for the eradication of LFA, only control, because the warm, humid environment of East Hawai'i is perfect for their survival and they quickly spread before the HDOA knew what would work against them, says Dr. Cas Vanderwoude, Invasive Ant Coordinator with the HDOA.

County and federal officials have not allocated any additional funds for control of LFA. The only state control measures are the surveys and port inspections already in place and the funding of Vanderwoude's salary. Vanderwoude is researching registered pesticides and developing new baits for Hawai'i's climate, and is researching other ant species in Hawai'i.

People with infestations must buy pesticides at their own expense, and spend their own time controlling the LFA. One nursery reportedly has spent $37,000 trying to eliminate the ant from its property.

While the state claims its goal is to work with affected industries to develop management plans and to keep the ants from spreading to West Hawai'i and interisland, there is a definite lack of widespread publicity and education about the problem. Aggressive, publicly funded awareness campaigns are needed to keep this invasive species from spiraling out of control. Brochures about LFA control are available from the HDOA, but many people don't seek out information and aren't aware that they have an infestation until they've been stung. Many residents don't know how to treat the problem and don't know who to ask for science-based information.

Often those under siege rely on salespeople in the garden departments of chain stores, who may or may not be informed of effective treatments for infestations in Hawai'i's climate.

LFA easily relocate, survive and reestablish colonies through loads of soil, mulch, and plant material. Buyer beware - potted plants are often the culprits. Potted plants can contain several cooperating colonies of the tiny ants, and each colony can have several queens.

The HDOA says spot treatments of infestations are not effective; you must treat the entire area. Recommended management is a three-pronged approach: baiting; spraying trees/vegetation; and applying barriers. The HDOA also recommends pesticide drenches for potted plants.

Recommended pesticides contain hydramethylnon, carbaryl and bifenthrin. You can contact the HDOA for specific information on how to effectively apply the pesticides for LFA. None of the aforementioned pesticides are listed for use in organic farming or gardening. Vanderwoude said that there is no short-term effective biocontrol since LFA are social insects.

Most approved granular baits are formulated for dry climates and are effective for only a day, so Vanderwoude has been developing paste baits for Hawai'i's humid climate. Since LFA are strongly attracted to peanut butter, his experimental baits include peanut butter mixed with a toxin, which he shoots into trees with a compressed-air grease gun. Some area residents have also been experimenting and have reported success with a mixture of peanut butter and orthoboric acid (Roach Prufe). Vanderwoude says 1 to 2 percent orthoboric acid is effective but acts more slowly, and it requires close monitoring. 15 grams of orthoboric acid can kill a human. (For information on homemade orthoboric acid bait from Texas A&M University, go online to http://tinyurl.com/fireant-boricacid.)

When Williams wanted to rid herself of the ants in her greenhouse, she was concerned about using baits that her chickens and dogs would eat. So Williams devised her own bait stations to prevent animals from ingesting the poison. She saves a clean, large plastic yogurt container with a lid, and uses an awl to punch holes for the ants to enter. Holes are spaced about 1/4" from the bottom and 3/4" apart. She puts a small amount of bait on the inside bottom surface, and checks the traps daily. Since the ants can forage up to 20 feet, she uses several bait stations spaced 6 feet apart to determine the perimeter of the infestation.

According to the HDOA, the LFA was discovered in a commercial nursery in the Puna district in 1999. Although at that time there were few infestations, populations spread unexpectedly. By 2000, the state decided that there was no feasible way to eradicate them. Since then, populations have escalated rapidly from the rural areas of East Hawai'i to downtown Hilo, from Laupahoehoe to South Puna. Current infestations are mainly along coastal areas up to 1,500 feet elevation.

When LFA meet up with humans, reality stings. The ants inject venom that in some victims causes hard, red, painful lumps, rashes, blisters, intense itching and serious anaphylactic allergic reactions. The bad rash especially affects children. LFA also sting pets, birds and livestock. The ants sting the eyes of animals, which can cause blindness or even the death of newly born small animals. Cats are especially susceptible, Vanderwoude said.

Though the ants don't live inside buildings, they will enter them to forage, where they may spoil food and clothing. The ants are an arboreal (tree-dwelling) species that prefer shade and moisture. Colonies dwell where the leaf attaches to the stalk. LFA also live in lawns. Brush up against an LFA infested tree - among their favorites are palm, banana, and coffee - and the ants will rain down upon you, fall inside your shirt and inflict a sting that can last for weeks and leave scars.

The LFA invasion threatens to further weaken the island business economy.

The HDOA has already received a report of an infestation at a preschool where children were being stung as they napped on the floor. Some agricultural field workers refuse to work in infested areas, or demand higher pay. A gardener was stung inside his nose when he got too close to a hanging potted plant.

Orchidland nursery owner Carol Noel says she's been so plagued by the LFA that it's possibly the last straw that will force her to close her business. "Coqui frog, nettle caterpillar, little fire ant...that's one more label you have to slap on the box. I was riding in a friend's car and got stung on the neck by little fire ants that were on the shoulder strap of the seat belt. They just keep coming and coming."
--------------------------------
Traduction :
--------------------------------

La petite fourmi de feu fait de la surenchère
Arrivant en foule, piquant sérieusement, ces insectes sont là et se multiplient

Par Janice Crowl
Mercredi 28 octobre 2009 3:54 PM HST


"J'ai été piqué aux fesses alors que je m'asseyais aux toilettes," raconte Stephanie Williams habitante de Pepe'ekeo. "C'est comme ça que je les ai découvertes. Comme leur nom l'indique, elles sont comme du feu et se propagent comme un incendie."

L'invasion de la Petite Fourmi de Feu (PFF) est en train de devenir une souffrance majeure à l'Est de Hawai'i, affectant la qualité de vie des habitants et et mettant en péril l'industrie agricole de l'île. Le bureau du Département de l'Agriculture de Hawaï à Hilo collecte des rapports d'infestation depuis en semaine, habituellement à partir de zones agricoles prises au hasard, principalement dans la région rurale de Puna. Mais maintenant le HDOA (ndt: HDOA = Hawaii Dept Of Agriculture) reçoit des appels quotidiens, surtout de la part des habitants de la zone urbaine de Hilo qui ont enduré la douloureuse et puissante piqûre de cette espèce nuisible, dehors comme dedans, et ils veulent savoir comment s'en débarrasser rapidement.

Malgré l'énorme ampleur du problème, les fonds publics alloués par le gouvernement pour lutter contre ces fourmis (Wasmannia) est minime.

Il n'y a aucun plan pour l'éradication de la PFF, juste une tentative de confinement, parce que le climat doux et humide de Hawai'i Est est idéal pour leur survie. Elles se sont rapidement disséminées, avant que le HDOA sache comment lutter contre elles rapporte le Dr. Cas Vanderwoude, Coordinateur contre les fourmis envahissantes et travaillant pour le HDOA.

Les élus départementaux et fédéraux n'ont alloué aucun financement supplémentaire pour lutter contre la PFF. La seule mesure prise par l'état (de Hawaii) consiste en des recherches et inspections portuaires déjà en place et le financement du salaire de Vanderwoude. Vanderwoude recherche les pesticides déclarés, conçoit de nouveaux appâts adaptés au climat de Hawai'i et cherche les autres espèces de Hawai'i.

Les gens contaminés doivent acheter les pesticides à leurs frais et les utiliser par eux-mêmes. Un horticulteur a déclaré avoir dépensé $37,000 (>23.000 euros) pour tenter d'éliminer la fourmi de son domaine.

Alors que l'état clame vouloir travailler avec les entreprises touchées pour mettre en place des plans de gestion et empêcher la colonisation de l'Ouest de Hawai'i et des autres îles, il y a un manque évident de communication et d'information sur ce problème. Des campagnes d'information offensives publiquement financées sont un besoin urgent pour empêcher cette espèce d'entrer dans une spirale incontrôlable. Des brochures sur la lutte contre la PFF sont diponibles au HDOA mais beaucoup de gens ne viennent pas chercher l'information et ne sont pas au courant de leur infestation avant d'être piqués. Beaucoup d'habitants ne savent pas comment gérer le problème et be savent pas à qui s'adresser pour obtenir des informations fiables.

Souvent les assiégés s'adressent aux vendeurs des rayons de jardinage des grandes surfaces qui sont ou ne sont pas informés des traitements efficaces sous le climat hawaïen.

La PFF déménage facilement, survit et réinstalle ses colonies à travers les chargements de terre, de fourrage, et de plantes. Les acheteurs doivent se méfier - les plantes en pots sont souvent les coupables. Les plantes en pots peuvent contenir plusieurs colonies de ces minuscules fourmis qui coopèrent et chaque colonie peut contenir plusieurs reines.

Le HDOA dit que les traitements partiels des infestations sont inefficaces ; vous devez traiter toute la zone contaminée. La gestion recommandée est une approche en trois étapes : appâts, pulvérisations des arbres et des plantes et traitements de barrière. Le HDOA recommande aussi les vaporisations de pesticide sur les plantes en pots.

Les pesticides recommandés contiennent l'hydramethylnon, le carbaryl et la bifenthrine. Vous pouvez contacter le HDOA pour une information personnalisée sur la façon d'appliquer efficacement les pesticides contre la PFF. Aucun des pesticides mentionnés ci-dessus sont autorisés en agriculture biologique. Vanderwoude dit qu'il n'existe aucun traitement efficace à court terme puisque les PFF sont des insectes sociaux.

La plupart des appâts granulés sont conçus pour les climats secs et ne sont efficaces qu'une journée, alors Vanderwoude a conçu un appât en pâte pour le climat humide d'Hawaï. Etant donné que les PFF sont très fortement attirées par le beuree de cacahuète, son appât expérimental comporte du beurre de cacahuète mélangé avec une toxine et il le projette dans les arbres avec un pistolet à graisse à air comprimé. Par endroits des habitants ont fait leurs propres expériences et ont obtenu de bons résultats avec un mélange de beurre de cacahuète et d'acide orthoborique (Roach Prufe). Vanderwoude dit que 1 à 2 pourcent d'acide orthoborique est efficace mais agit plus lentement et nécessite un suivi constant et une grande attention. 15 grammes d'acide orthoborique peuvent tuer un humain. (Pour plus d'information sur une recette d'appât à l'acide orthoborique par ll'université du Texas A&M, voir en ligne à http://tinyurl.com/fireant-boricacid.)

Lorsque Mme Williams a voulu se débarrasser des fourmis dans sa maison de campagne, elle se faisait du souci d'employer des appâts que ses poulets et chiens pourraient manger. Alors Mme Williams a inventé ses propres stations d'appâts pour que les animaux ne puissent pas avaler de poison. Elle a récupéré un grand pot de yaourt en plastique et propre avec son couvercle et a utilisé un poinçon pour le percer de trous permettant aux fourmis d'entrer. Les trous sont à environ 1 cm du fond et de 3 cm entre eux. Elle a mis une petite quantité d'appâts au fond du pot et en vérifie l'état tous les jours. Étant donné que les fourmis explorent sur une distance allant jusqu'à 7 m, elle utilise plusieurs stations d'appâts espacées de 2m environ pour établir le périmètre de l'infestation.

Selon le HDOA, la PFF a été découverte chez un horticulteur professionnel du district de Puna en 1999. Bien qu'il y ait eu très peu d'infestations à l'époque, les populations se sont répandues étonnamment vite. Vers 2000, l'état a décidé qu'il n'existait plus aucun moyen de l'éradiquer. Depuis lors, les populations ont rapidement progressé des zones rurales de l'Est d'Hawai jusqu'au centre ville de Hilo, de Laupahoehoe jusqu'au sud de Puna. Les infestations actuelles sont surtout le long des zones côtières jusqu'à une altitude de 500m.

Lorsque la PFF rencontre l'homme la réalité devient piquante. Les fourmis injectent un venin qui, pour certaines victimes, provoque de forts et douloureux boutons rouges, éruptions, cloques, intenses démangeaisons et de graves réaction anaphylactiques (allergiques). Les mauvaises éruptions affectent particulièrement les enfants. La PFF pique aussi les animaux de compagnie, les oiseaux et le bétail. Les fourmis piquent les yeux des animaux ce qui peut les rendre aveugles ou même provoquer la mort des nouveaux-nés ou des petits animaux. Les chats y sont particulièrement exposés, ajoute Vanderwoude.

Bien que les fourmis ne vivent pas dans les constructions, elles vont y entrer pour les explorer, où elles peuvent alors dérober nourriture et habillement. Ces fourmis sont arboricoles (vivant dans les arbres) et préfèrent l'ombre et l'humidité. Les colonies s'installent à la base des feuilles, au bout du pétiole. Les PFF vivent aussi dans les pelouses. Secouez une branche d'arbre infesté de PFF - parmi leurs préférés on trouve les palmiers, bananiers et caféiers - et les fourmis vont pleuvoir sur vous, passent sous votre chemise et vous infligent une piqûre qui peut durer des semaines et laisser des cicatrices.

L'invasion de PFF menace d'affaiblir plus tard l'économie et les affaires de l'île.

Le HDOA a déjà reçu un rapport d'infestation dans une garderie où les enfants étaient piqués en jouant au sol. Des ouvriers agricoles refusent à présent de travailler dans les zones contaminées ou demandent des primes pour le faire. Un jardinier a été piqué dans le nez alors qu'il s'approchait trop d'une plante dans un pot suspendu.

La propriétaire de la pépinière Orchidland, Carol Noel, dit qu'elle a été tellement harcelée par les PFF que c'est sans doute la goutte d'eau qui va la forcer à fermer son entreprise. "La Coqui frog, la chenille ortie, la petite fourmi de feu... c'est une étiquette de plus que vous avez à coller sur la boîte. Je roulais dans la voiture d'un ami et j'ai été piqué au cou par des petites fourmis de feu qui se trouvaient sur la bandoulière de la ceinture de sécurité. Ile en arrivait et en arrivait."

--------------------------------
Hydraméthylnon
Mon commentaire :

Il est nécessaire d'expliquer un peu le contexte US+Hawaii vs RF-Tahiti pour tout comprendre dans cet article :

Cas Vanderwoude se plante légèrement dans sa démarche parce qu'il a beaucoup moins de chance que Tahiti alors que les climats sont identiques : Hawaii est au 20e Nord et Tahiti au 19e Sud, les deux dans le même fuseau horaire (GMT-10:00)
L'origine de cet écart est que l'organisation juridico-sociale américaine contient des absurdités différentes des françaises, donc induit des conséquences différentes et génère des murs socio-juridiques différents mais aussi réels qu'absurdes, pour eux comme pour nous.

Un exemple : La sacro-sainte propriété privée est un pain béni pour toutes les pestes envahissantes. Chez eux, dans les entreprises, il y a encore moins de contrôles officiels possibles que chez nous. Il leur est ainsi impossible d'imposer quoi que ce soit aux horticulteurs à cause de la constitution des USA dont ils sont membres. Ceci leur est un handicap majeur pour contrôler l'état sanitaire de ce qui est vendu, surveiller/limiter un peu la dissémination.

L'autre handicap majeur est que l'état de Hawaï a baissé les bras alors que la situation était encore techniquement récupérable : En 2007, Tahiti était bien plus contaminée qu'eux et aujourd'hui il semble que ce soit l'inverse. (Je n'ai pas de cartographie récente mais celle de 2006 est disponible sur le site de Fenua Animalia, ici.)
A tahiti, malgré les plus de 10 changements de gouvernements qui nous ont été imposés entre 2004 et maintenant, l'association n'a jamais laissé tomber, a toujours relancé chaque nouveau ministère, de façon quasi-constante.
Du coup, même si la libération de budgets de lutte anti-PFF a toujours été - et est toujours - un accouchement dans la douleur, il y a eu des budgets, ridicules mais réels (de moins en moins ridicules avec le temps mais toujours dérisoires) : En 2005, 2007 et 2008 (ce dernier libéré en 2009). Donc, il y a des résultats, pas folichons mais résultats quand même : Le nombre de foyers d'infestation connus a plus que doublé entre 2007 et maintenant (44 -> 99) parce que l'énergie rendue disponible cette année seulement a permis de parcourir tout Tahiti et tout Moorea alors que ça n'a jamais été le cas avant. Donc on a trouvé des choses inconnues en 2006 mais pourtant existantes à l'époque. La surface totale contaminée active (où les PFF sont visibles sur les tests) qui avait plus que doublé entre 2005 et 2007 est aujourd'hui légèrement inférieure à celle de 2007 : Aucune des nouvelles infestations détectées, à 2-3 exceptions près, sont de surface supérieure à 5 ha. La majorité se cantonne dans moins de 3000 m² chacune, la surface d'un grand jardin, strictement en zone urbanisée, donc elles sont récentes, petites, facilement éliminables.
(infestations agricoles très rares : Notre monde agricole semble avoir compris le danger, ici).

Ces résultats prouvent que l'hydraméthylnon est très efficace même en climat tropical humide lorsqu'il peut être appliqué de façon responsable (3 jours sans pluies et un traitement tous les 3-4 mois). C'est très difficile et très frustrant à gérer, surtout en saison des pluies, mais ça marche. Ce soir, je peux vous annoncer officieusement que nous avons réussi à éradiquer à 90% une colonie de taille moyenne (> 5 ha) située en brousse (tropicale humide, donc). C'est une première, un scoop, un exploit, un travail d'équipe réussi même si très fragile, précaire.

La grosse différence d'attitude apparente actuelle entre Hawaï et Tahiti est que, nous, ici, nous n'utilisons que l'hydraméthylnon. Nous utilisons parfois le fipronil sur les toutes petites infestations urbaines (c'est une belle merde : Régent, etc. mais très courante en fait, utilisé comme anti-puces pour les animaux de compagnie par exemple) mais nous cherchons à l'employer le moins possible : L'hydraméthylnon est - de loin - la moins dangereuse de ces saloperies de pesticides qu'il nous faut répandre pour ne pas tout perdre.

Je sais que certains particuliers emploient bien pire que le fironil : Le propoxur ou des organo-chlorés et organo-phosphorés bien cancérigènes et bien rémanents, parce qu'ils ne se posent pas de questions ou parce qu'ils n'en peuvent plus, mais c'est chez eux sur des surfaces aussi limitées que celles où "on y va au fipro".

L'hydraméthylnon se désintègre en 3 jours s'il ne lui pleut pas dessus, par les UVs, et immédiatement sinon. Il reste une saloperie de pesticide et ses produits de dégradation ne sont pas bénins, du tout, en particulier pour tout ce qui vit dans l'eau (invertébrés ET vertébrés) mais ils finissent par disparaître d'eux-mêmes comme toutes les molécules strictement organiques (C, H, O, N) alors que, la PFF, si on ne l'y aide pas ...

Donc, même si les pistes de l'acide borique, des pyréthrines et autres saletés "douces" sont intéressantes, notre attitude est et demeure de chercher à polluer le moins possible tout en visant réellement l'éradication de ce fléau de Satan : On reste sur l'hydraméthylnon et ses frustrations exaspérantes (pluies sur un traitement dans l'heure qui suit sa fin, particuliers qui arrosent leur jardin le soir même, absence de "fenêtre météo assez longue", etc.)

Si, par notre obstination à refuser de jouer aux cow-boys avec les pesticides, nous arrivons à de tels résultats alors nous devenons un espoir pour les autres pays qui, comme Hawaï, exaspérés par cet adversaire démesurément coriace, en viennent à réellement se poser la question d'utiliser ce qu'il faudrait bannir.

Là, il est évident que cet article est un cri de désespoir du HDOA et de Cas devant la démission de leurs autorités.
Ayez pitié d'eux et de nous.
sipatte
90% en deux traitements, c'est très bien : prouve la bonne efficacité du traitement.
Mais ce qui serait très prometteur, serait d'obtenir du 100% sur une large zone (avec confirmation sur le moyen terme), avec une méthodologie la plus simple possible.

Cela donnerait effectivement un signal très fort au reste du monde sur une victoire définitive possible contre cette peste.
Cela encouragerait les décideurs les plus frileux.
Cela récompenserait les décideurs les plus courageux
Tengu84
Ce qui m'inquiète, c'est que ça peut vite arriver chez nous comme avec les Tapinoma melanocephalum dans la plante de l'autre fois.
Hydraméthylnon
Yo Sipatte,

CITATION(sipatte @ vendredi 30 octobre 2009 à 00:59) *
90% en deux traitements, c'est très bien : prouve la bonne efficacité du traitement.
Mais ce qui serait très prometteur, serait d'obtenir du 100% sur une large zone (avec confirmation sur le moyen terme), avec une méthodologie la plus simple possible.

Le 100% est une chose qui demande du temps et de l'obstination : En fait, on en est peut être à 95% mais il est impossible de le savoir aujourd'hui.
Je dis 95 parce que :
- Il reste un résidu de colonie à cheval sur deux maisons, en haut. On va liquider ça dès que possible mais il en reste.
+ La zone autrefois rouge est à présent colonisée par d'autres espèces. Comme la première chose que fait la PFF est de liquider tous ses concurrents potentiels, voir une zone recolonisée par une myrmécofaune un peu plus traditionnelle est le signe qu'il n'y en a plus ou vraiment très très peu.

L'ISSG préconise de déclarer une zone éradiquée à partir du moment où tous les tests y sont restés négatifs pendant les deux ans qui ont suivi le dernier test positif trouvé dedans et ceci en effectuant un test tous les 1m (si, si, 1m !) Quand on en est à 6-700 ha dont un bon tiers en brousse tropicale humide et rapidement très pentue, suivre ces préconisations à la lettre est totalement impossible. Il est donc évident que décréter une colonie éradiquée avec certitude absolue et en moins de 2 ans est extrêmement risqué en brousse tahitienne.

Là, il s'agit d'une zone de brousse semi-sèche, c'est à dire tropicale humide mais avec un thalweg sec la plupart du temps, orienté vers le Nord (nous sommes dans l'hémisphère Sud donc vers l'équateur, vers le soleil) et avec une rivière intermittente, n'existant que sous la pluie. Comme, en plus, la pente est très forte sur l'un de ses versants, deux ans est un minimum pour rester sérieux bien que l'éradication puisse y être déjà atteinte aujourd'hui.

De plus, dire qu'il faut 2 ans est très arbitraire puisqu'en fonction de la topographie et de la luxuriance de la végétation, l'éradication n'est pas certaine de la même façon : Attendre deux ans pour déclarer saine une pelouse entourée de béton est très exagéré alors que ces mêmes deux ans sont un peu légers quand il s'agit d'un vallon tracé par une rivière active toute l'année et bordée de buissons épais surplombés d'arbres de plus de 50m de haut et parcourus de grandes lianes.
D'ailleurs, quand on pose la question à un membre de l'ISSG, n'importe lequel, dans la réponse je te dis pas l'épaisseur et le diamètre du parapluie qu'il ouvre, et c'est normal.

En tout cas, le résultat est là et il est excellent, pour une fois, donc on peut.
Hydraméthylnon
Yo Tengu,

CITATION(Tengu84 @ vendredi 30 octobre 2009 à 04:56) *

Ce qui m'inquiète, c'est que ça peut vite arriver chez nous comme avec les Tapinoma melanocephalum dans la plante de l'autre fois.


Je ne peux malheureusement que partager ton inquiétude.
C'est une des raisons de ma présence ici.
Ceci est une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d'information, la mise en page et les images, veuillez cliquer ici.
Invision Power Board © 2001-2019 Invision Power Services, Inc.