Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète: Les nids satellites des colonies de fourmis
Acideformik.com > AcideFormik :: Myrmécologie > Informations sur la biologie/comportement des fourmis
khaleph
Bonjour à tous,

Est-ce que l'on sait comment fonctionne les nids satellites pour les fourmis ?

Je recherche des informations à ce sujet en particulier pour les espèces du genre Camponotus, mais si vous avez des informations pour d'autres genres, je suis intéressé.

Plus précisément, est-ce que l'on sait :

Quand sont faits ces nids satellites ? Est-ce dès que la colonie est grandes en nombre d'individus, il y a création de nids satellites ?

Est-ce que toutes les espèces de Camponotus en font ?

Est-ce que l'on sait les contactes qu'il y a entre le nid principale et les nids satellites ? (échange d'ouvrières et transport de nourriture d'un nid à l'autre ?)

La gyne reste dans le nid principale ou bien elle va se rendre de temps en temps dans les nids satellites ?

Vous avez d'autres informations sur ces nids satellites ?

Merci à l'avance,
Christian D.
Salut Kaleph,

Pour les autres espèces je ne sais pas (JLM ?) mais pour C. ligniperdus et C. herculeanus que je commence à connaitre un peu il y’a ou peut y’avoir des nids satellites. A priori ils ne seraient pas « obligatoires ». J’en observe sur certaines colonies et d’autres non pourtant de belles tailles ou en tout cas je ne les vois pas ou ne les ai pas trouvé mais je continue à observer  ! Je pense que les nids satellites viennent se greffer en fonction de l’emplacement du nid « mère » si ce dernier n’est pas très bien exposé un « satellite » ou plusieurs seront crées plus loin, à quelques mètres pour avoir un maximum d’ensoleillement.
Le nid « principal » abriterait la reine et le couvain œufs et larves... J’avais fait une petite expérience avec une colonie de ligniperdus composée d’un nid satellite situé à environ 2 mètres, les ouvrières y communiquées par l’extérieur (endroit rocheux et caillouteux pas facile de creuser). Je mettais des insectes à l’entrée du nid satellite et ceux-ci étaient à chaque fois irrémédiablement transportés vers le nid principal (marrant), j’en avais « déduit rapidement» que les larves étaient certainement dans celui-ci , que le besoin devait s’en trouvé là ! J’ai pu observer des va-et-vient d’ouvrières entre les nids (par port social). Peut-être y’a t-il l’espace disponible qui joue son rôle dans le nid principal (manque de place selon la taille de la colonie) ce qui aurait peut-être pour effet de pousser les ouvrières à créer ce genre de nid plus loin.
J’ai pu observer un nid de Camponotus ligniperdus localisé au bord d’un chemin ou de la végétation est présente à proximité et de fait limite l’exposition au moins une partie de la journée et bien à environ 1 mètre 50 les ouvrières ont creusées dans la terre « un nid » avec plusieurs entrées qui est, quant à lui, exposé bien plus longtemps et assurément plus « sec ». Je n’ai jamais observé dans ce cas de transport de nymphes (qui serait pertinent pourtant) mais beaucoup de va et vient d’ouvrières en surface. Cet endroit contrairement au premier exemple cité plus haut est plus friable rien ne me dit donc qu’il ne soit pas relié sous terre ce qui éviterait d’exposer les immatures au danger (possibilité) … et au-delà les ouvrières pointes vers un élevage de pucerons (sapins).
Chez C. herculeanus j’ai pu observer un nid satellite qui se trouvait à une bien plus grande distance… plus de 10 mètres les ouvrières arrivent par l’intérieur d’un bois de conifères et traversent un chemin pour y accéder. Ce satellite se trouve au bord du chemin entre les aireliers et à contrario ici il est moins exposé que le nid « principal » il s’agit là de se rapprocher simplement d’une source de nourriture (élevage de pucerons à la cime des sapins alentours) pour l'exploiter au maximum. Ce chemin traverse un bois et de fait n’est « jamais » exposé à l’ensoleillement - dans ce cas je n’en verrais donc pas l’utilité si ce n’est pour le besoin cité. Pour découvrir que c’était bien des ouvrières issues de la même société car un peu confus…. J’ai du mettre ensemble plusieurs ouvrières… et bien : copines/copines.
Si ces nids sont toujours présents cette année j’aimerais faire des photos… mais beaucoup de ceux-ci ou je pouvais observer ce « comportement » ne sont plus présent dû au déboisement de ces dernières années et vu que ça continu…. !!!
Christian D.
CITATION
La gyne reste dans le nid principale ou bien elle va se rendre de temps en temps dans les nids satellites ?


A moins que les conditions ou la reine loge ne soit plus elle ne sortira pas. Trop dangereux.
Pas en passant par l'extérieur tout du moins, c'est certain...
hugo
salut

Debout, G, B. Schatz, M. Elias, and D. McKey. 2007. Polydomy in ants: what we know, what we think we know, and what remains to be done. Biological Journal of the Linnean Society 90: 319-348

http://hosho.ees.hokudai.ac.jp/~kubo/r/ant...domyInAnts.html

Je pense que ca répondera à toutes tes questions, sinon je reviens happy.gif
Pour les Camponotus, je t'envoie la suite par mp
khaleph
Merci beaucoup pour votre aide, je suis bien content ! dance37yb.gif
L'haricot
Très intéressant wink.gif

Une petite question: En France, seulement certaines Camponotus et d'autres espèces unicoloniales construisent ce genre de nids satellites ? ( Je ne sais pas si on peut utiliser le terme polydomy en français ? )
sipatte
La polydomie, notamment la polydomie saisonnière est possible chez de nombreuses espèces.

Comme décrit plus haut, il n'est pas rare de pouvoir observer des Lasius ou d'autres espèces s'installer dans un ou plusieurs petits nids provisoires satellites à proximité d'une source de nourriture ou source de chaleur, le temps d'un été.

Les Formica polygynes des bois font des nids satellites assez faciles à repérer.
Citrouille-Man
Il est très courant de voir au dessus des ruches, entre le couvre cadre et le toît, des fourmis accompagnées de centaines de larves. La reine n'est alors pas présente et les fourmis profitent juste de la chaleur et des abeilles mortes.
Je suppose que les larves et oeufs sont transportés.
Cela concerne pour ce que j'ai constaté: Lasius niger, Lasius emarginatus, Camponotus herculeanus, Myrmica rubra


Autant dire, pas mal d'espèces, très variées. Cet été j'essaierai de faire un inventaire exhaustif (par rapport aux ruches ouvertes).
hugo
Ca a été décrit scientifiquement sur des populations de :

Camponotus herculaneus
Camponotus ligniperdus
Crematogaster scutellaris
Dolichoderus quadripunctatus
Formica aquilonia
Formica cinerea
Formica cunicularia
Formica exsecta
Formica lugubris
Formica paralugubris
Formica polyctena
Formica pratensis
Formica rufa
Formica sanguinea
Formica truncorum
Lasius alienus
Lasius flavus
Lasius neglectus
Leptothorax nylanderi
Messor barbarus
mycrogynes de Myrmica ruginodis
Myrmica sulcinodis
Pheidole pallidula
Plagiolepis pygmea
Tapinoma melanocephalum
Tetramorium caespitum
Tengu84
On en a trouvé aussi chez Camponotus (Colobopsis) truncatus à Toulouse dans une galle.
(ou pas)
Citrouille-Man
Merci pour la liste Hugo thumbsup.gif

Une idée de la manière dont ça a été démontré? (pas encore eu le temps de lire tes documents, c'est dedans?)
Ceci est une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d'information, la mise en page et les images, veuillez cliquer ici.
Invision Power Board © 2001-2019 Invision Power Services, Inc.