Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète: Résistance à la mort par décapitation ou submersion
Acideformik.com > AcideFormik :: Myrmécologie > Biblio-Fourmis
Taltos
en flannant sur le net je suis arrivé a cet article:

CITATION
Tout le monde. sait qu'après chaque exécution capitale le corps du décapité est généralement remis aux membres de l'Académie de médecine de Paris pour faire, diverses expériences, entre autres sur la persistance des mouvements du corps après que la tète a été séparée du tronc.
Un savant italien, M. Canestrini, s'est proposé de faire, des recherches semblables sur des insectes. Il recueillit un grand nombre d'insectes et leur détacha la tète, tantôt avec des ciseaux, tantôt avec un bistouri. Cette opération, très facile à pratiquer sur certains insectes (diptères. hyménoptères, orthoptères), était, au contraire, très difficile chez certains autres (chrysomèles, crypticus).
M. Canestrini observa que les mouvements de la tête et du corps, d'abord bien évidents, devenaient d'une constatation beaucoup plus difficile après un certain temps, variable selon les insectes sur lesquels il expérimentait, Lorsque tout mouvement avait cessé dans les deux parties séparées, le savant italien recourait à des moyens artificiels ; il les piquait, les pinçait, les pressait, ou bien les enveloppait de fumée de tabac. De cette manière, il parvenait souvent à déterminer des mouvements dans des parties en apparence complètement insensibles.
'l'ous les insectes ne se comportaient pas de la même manière après avoir été décapités.
Les coléoptères se roulaient sur le dos presque immédiatement. Les pyrrhocoris, au contraire, restaient sur leurs pattes, et les grillons demeuraient dans cette position jusqu'après leur mort.
Quelques insectes, vifs et remuants, comme les fourmis, les abeilles, les bombyx, restent presque complètement immobiles après qu'on leur a coupé la tête, et ce n'est que longtemps après qu'ils paraissent se ressentir de la grave amputation qu'ils viennent de subir. Les lépidoptères et les diptères (taons, mouches) paraissent supporter cette opération avec la plus grande indifférence.
M. Canestrini a vu des papillons voler 18 jours après la décapitation, et des grillons (Grillus campestris) sauter encore après 13 jours, et il a constaté que la Mantis religiosa donnait des mouvements après 14 jours complets, Le tableau ci-après de la durée des mouvements chez les insectes décapités résume un nombre considérable d'observations. Les chiffres indiqués sont le résultat d'expériences répétées sur un grand nombre d'individus de l'espèce ou du genre cité. Quelquefois, pour abréger, on n'a indiqué que le genre (avec le nom vulgaire ou scientifique).


CODE
V. Brandicourt, Secrétaire de la Société Linnéenne du Nord de la France. La Nature, 1901, pp. 359-362.



dingue non ?
l'article complet est visible ici

http://www.inra.fr/opie-insectes/be1901-2.htm


les articles sur la science et les insectes a la belle époque sont visible la:
http://www.inra.fr/opie-insectes/be1901-2.htm

plus globalement vous aurez accès a cette chouette revue ici

http://www.inra.fr/opie-insectes/pa.htm

je trouve toujours cela incroyable la lecture d'écrits scientifiques anciens c'est éclairant sur ce que nous sommes réellement je trouve

Bonne lecture
Vendetta
Les cafards que l'ont décapite, bougent, se reproduisent et finissent par mourir de faim au bout de 40jours.
L'haricot
C'est assez impressionnant !
Merci pour l'article wink.gif.
SA_Ka_20
Impressionnant de sadisme, je suis presque sûr que c'est la première et dernière question que le gars c'est psoé sur les insectes ! ^^

y'avait pas une histoire de blattes/cafards, congelé puis décongelés, mais bien vivant ? (j'l'ai p-e rêvé)
Ceci est une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d'information, la mise en page et les images, veuillez cliquer ici.
Invision Power Board © 2001-2019 Invision Power Services, Inc.